Guadeloupe : un trafic de cocaïne démantelé, 13 suspects mis en examen

« Deux personnes », dont « un douanier », sont également placées « sous le statut de témoin assisté ».

 Vingt-six personnes, travaillant notamment dans le secteur du fret aérien en Guadeloupe, avaient été arrêtées et 13 d’entre elles ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, trafic d’armes ou blanchiment », dont « six ont été incarcérées ».
Vingt-six personnes, travaillant notamment dans le secteur du fret aérien en Guadeloupe, avaient été arrêtées et 13 d’entre elles ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, trafic d’armes ou blanchiment », dont « six ont été incarcérées ». LP

Treize personnes ont été mises en examen à la suite du démantèlement la semaine dernière d'un vaste trafic d'armes et de cocaïne en Guadeloupe, lié à la saisie de 216 kg de cocaïne en 2019 à Orly, a-t-on appris mardi de source policière. Vingt-six personnes, travaillant notamment dans le secteur du fret aérien en Guadeloupe, avaient été arrêtées et 13 d'entre elles ont été mises en examen pour « association de malfaiteurs, trafic de stupéfiants, trafic d'armes ou blanchiment », dont « six ont été incarcérées », selon cette source.

« Deux personnes », dont « un douanier », sont également placées « sous le statut de témoin assisté », selon la même source. Parmi les suspects figurent des salariés de « plusieurs sociétés œuvrant dans le domaine du fret aérien notamment, mais également dans l'avitaillement des aéronefs », ainsi qu'un gérant de boîte de nuit, avait déclaré vendredi Renaud Gaudeul, procureur de la République à Fort-de-France, où est basée la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs).

« 240 kg de cocaïne, plus d'une vingtaine d'armes, un millier de munitions de tous calibres »

« 216 kg de cocaïne sur du fret aérien, […] il apparaît que sur les 5 dernières années nous n'avons pas une saisie de cette ampleur en France selon les chiffres de l'OFAST », avait également indiqué Laurent Chavanne, directeur de la Police judiciaire de la zone Antilles. « C'est une affaire exceptionnelle » de par « la coordination des services », soulignait-il également.

Au total, « 240 kg de cocaïne, plus d'une vingtaine d'armes, un millier de munitions de tous calibres, 9 véhicules dont certains de luxe, 5 deux-roues de forte cylindrée » ainsi que du « liquide pour plus de 30 000 €, des bouteilles millésimées, par exemple de rhum, et également divers produits de luxe » avaient été saisis, selon Renaud Gaudeul. L'enquête se poursuit, dirigée par un juge d'instruction.