Fillette violée dans la Vienne : deux hommes interpellés à Saumur

L’un de ces deux hommes pourrait être impliqué dans l’enlèvement et le viol d’une fillette de neuf ans, dimanche, à Villiers. Des prélèvements ADN ont été réalisés.

 Illustration. Un homme a été interpellé à Saumur dans le cadre de l’enquête sur le viol de la fillette dans la Vienne.
Illustration. Un homme a été interpellé à Saumur dans le cadre de l’enquête sur le viol de la fillette dans la Vienne. LP/Olivier Boitet

Deux personnes ont été interpellées lundi à Saumur (Maine-et-Loire), dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement puis le viol d'une petite fille de 9 ans, la veille, à Villiers (Vienne), selon des informations confirmées par nos soins, et révélées par Europe 1. Les deux hommes ont été placés en garde à vue.

L'enfant avait été enlevée par un homme en voiture dimanche dans un secteur résidentiel de Villiers, un village de 950 habitants à 20 km au nord-est de Poitiers, alors qu'elle allait chercher du pain à pied. Elle avait été retrouvée rapidement, après avoir été violée.

Selon nos informations, les deux hommes circulaient à bord d'une voiture appartenant à une septuagénaire, elle-même victime d'un viol dans le Maine-et-Loire, à Varennes-sur-Loire, le 18 septembre dernier.

Signalé volé, le véhicule avait été repéré lundi après-midi dans le centre-ville de Saumur par des policiers. Les gendarmes ont alors prévenu ces derniers que ce même véhicule avait été identifié dans l'enlèvement de la fillette.

Les deux individus, âgés de 31 ans et 27 ans, ont été placés en garde à vue.

Prélèvements ADN

L'un des interpellés, suspect dans l'affaire Villiers, a été placé en garde à vue dans le cadre d'une procédure criminelle diligentée pour « des faits commis dans le ressort judiciaire de Saumur », a indiqué le parquet de cette ville

Des prélèvements ADN ont été effectués. Les gendarmes attendent désormais de savoir s'ils correspondent.

Une centaine de gendarmes de plusieurs unités, appuyés par un hélicoptère, ont été mobilisés dimanche aux premières heures de l'enquête dans un plan d'intervention immédiat (ex-Epervier), déclenché initialement sur trois départements -Vienne, Deux-Sèvres, et Maine-et-Loire - un dispositif qui a depuis été levé.

L'enquête a été confiée aux gendarmes de la section de recherche de Poitiers.