Féminicide à Fréjus : un septuagénaire mis en examen

L’homme avait été interpellé dimanche après avoir tué de plusieurs coups de couteau sa compagne de 43 ans devant leurs enfants.

 Après avoir porté les coups de couteau mortels à sa femme, le mari s’était enfui en enjambant le garde-corps de la terrasse avant d’être rattrapé par des voisins.
Après avoir porté les coups de couteau mortels à sa femme, le mari s’était enfui en enjambant le garde-corps de la terrasse avant d’être rattrapé par des voisins.  Nice-Matin/Philippe Arnassan

Un septuagénaire a été mis en examen et écroué mardi pour meurtre aggravé, a indiqué le parquet de Draguignan. L'homme avait été interpellé dimanche après avoir tué de plusieurs coups de couteau sa compagne de 43 ans devant leurs enfants, à Fréjus (Var).

Les faits s'étaient produits dimanche en début d'après-midi, au domicile de ce couple de ressortissants portugais, nés tous les deux à Sao Tomé-et-Principe et non au Cap-Vert comme indiqué par erreur lors des premières constatations des enquêteurs.

La police, prévenue par des voisins, avait découvert la femme gisant au sol, tandis que le mari, âgé de 71 ans, avait tenté de s'enfuir avant d'être interpellé. En garde à vue, ce dernier a expliqué qu'une dispute avait éclaté entre eux et que ce n'est qu'en réplique à une agression de sa compagne qu'il lui avait porté des coups de couteau.

Les enfants placés dans un foyer

Les enfants, présents lors de la scène et âgés de 6 et 12 ans, ont été placés dans un foyer de l'aide sociale à l'enfance. Un voisin, également en état de choc, avait été pris en charge par les services hospitaliers.

En août, le parquet de Draguignan avait classé sans suite une procédure dans laquelle l'auteur présumé des coups de couteau mortels de dimanche apparaissait plutôt comme une victime. Blessé à la tête, il avait refusé de porter plainte, expliquant s'être coupé avec du verre, alors que sa compagne était soupçonnée de lui avoir donné un coup de couteau.

Le 2 février, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a annoncé que 90 cas de meurtres de femmes par leur conjoint ou ex-conjoint avaient été recensés en 2020 en France, soit un plus bas depuis la mise en place de statistiques sur ce type de faits il y a quinze ans. En 2019, 146 femmes avaient été tuées, soit 25 de plus que l'année précédente.