Info Le ParisienFaits divers

Djihadisme : bientôt un procès pour Anne-Diana, la sœur des frères Clain

Mise en examen pour un projet raté de départ au djihad, Anne-Diana, sœur des frères Clain, est la seule membre de la famille incarcérée.

 Contrairement au reste de sa famille, Anne-Diana Clain n’avait pas réussi à rejoindre les territoires de l’Etat islamique. (Illustration)
Contrairement au reste de sa famille, Anne-Diana Clain n’avait pas réussi à rejoindre les territoires de l’Etat islamique. (Illustration) AFP/Karim Sahib

« Tout le monde était parti, il n'y avait plus personne. Du jour au lendemain, je me suis retrouvée seule et nous avons décidé de partir. » Devant les policiers antiterroristes, ce 21 septembre 2016, Anne-Diana Clain, la sœur aînée de Fabien et de Jean-Michel Clain, les propagandistes toulousains de Daech, explique ainsi les raisons de son départ avorté pour le djihad. La quadragénaire vient d'être interpellée à l'aéroport de Roissy, après avoir été expulsée de Turquie, où elle a été interceptée, en compagnie de son mari, Mohamed Amri, et de quatre de ses enfants.

Mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste, la sœur des djihadistes est depuis incarcérée à Fleury-Mérogis. Selon nos informations, l'enquête est en passe d'être bouclée et Anne-Diana Clain d'être renvoyée en procès.

Toute sa famille serait toujours en zone irako-syrienne

A ce jour, cette mère de six enfants - nés de trois unions -, est la seule membre de la famille Clain en prison. Ses deux filles, Jennifer et Fanny, leurs enfants, tout comme ses deux frères et sa demi-sœur, seraient toujours dans la zone irako-syrienne. Contrairement à eux, Anne-Diana Clain a échoué à rejoindre l'Etat Islamique. Selon la quadragénaire originaire de La Réunion, elle disposait d'environ 10 000 euros pour le voyage, somme issue de la vente de meubles, d'une voiture et de cotisations du RSA (revenu de solidarité active).

Son parcours passe par l'Italie, la Grèce pour se heurter d'abord à un contrôle à la frontière syro-turque, le 15 août 2015. La famille est refoulée. Anne-Diana se réfugie alors avec son compagnon et ses quatre enfants en Bulgarie, où elle se cache - fait rare - neuf mois : « Mon petit frère Jean-Michel (m') avait demandé d'attendre là-bas ». Le départ vers la Turquie a lieu en mai 2016.

«Pas de haine contre la France, comme certains peuvent le dire»

Le 1er juillet, la famille est de nouveau contrôlée à la frontière et cette fois interpellée avant d'être expulsée vers la France. Pourquoi avoir voulu rejoindre Daech ? « Pour rejoindre un Etat musulman, vivre notre religion pleinement. Il n'y avait pas de haine contre la France, comme certains peuvent le dire », explique Anne-Diana Clain, au juge en février 2017, expliquant s'être convertie à l'islam en 1999, en même temps que le reste de sa famille. C'est Mohamed Amri, avec lequel elle est mariée religieusement qui serait à l'origine de cette conversion collective : « Il est venu au moment où on se posait plein de questions dans notre vie […], avec toutes les réponses qui se trouvent dans l'islam. »

Tancée par la juge sur ses motivations à rejoindre des frères qui ont « manifesté une haine contre la France », Anne-Diana Clain répond : « La dernière fois que j'ai eu un contact avec eux, c'était en décembre 2015. On n'a pas parlé d'attentats. »