Délinquance : Dupond-Moretti s’est entretenu avec Parly sur l’encadrement militaire des mineurs

Le garde des Sceaux a rencontré « il y a deux jours » la ministre des Armées Florence Parly pour évoquer la question d’un « partenariat » entre les deux ministères.

 Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti à sa sortie du Conseil des ministres, mercredi.
Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti à sa sortie du Conseil des ministres, mercredi.  AFP/Ludovic Marin

L'armée a-t-elle un rôle à jouer face à la délinquance des mineurs ? Oui, insiste Éric Dupond-Moretti, qui a appelé de ses vœux un « partenariat entre le ministère de la Justice et celui des Armées » pour l'encadrement de « certains mineurs ou jeunes majeurs » délinquants, ce jeudi matin sur BFMTV et RMC.

Le ministre de la Justice, qui avait déjà évoqué ce sujet lors de son audition par la Commission des lois à l'Assemblée en juillet, a révélé s'être entretenu « il y a deux jours » avec la ministre des Armées, Florence Parly.

« Je ne peux pas me résoudre [à ce] que les jeunes Français sifflent la Marseillaise et crachent sur notre drapeau », a justifié le ministre. « Mais je dis également que quand on regarde un gamin, issu de l'immigration en particulier comme un Français, il devient Français ».

« On est en train d'y travailler »

« Actuellement, l'armée accueille des jeunes, souvent déshérités. Elle leur propose une formation, ils sont payés, et à l'issue de la formation, on offre le permis de conduire au gamin, et je souhaiterais que le ministère de la Justice puisse intervenir dans ce processus », a précisé le garde des Sceaux.

Mais Éric Dupond-Moretti a reconnu combien la tâche était complexe. « Les choses ne sont pas encore faites. Techniquement c'est compliqué, on est en train d'y travailler avec Florent Parly », a-t-il indiqué.