Coronavirus : Guadeloupe et Martinique fêtent le carnaval malgré l’interdit

Des centaines de personnes, dont des enfants, ont défilé dimanche soir. Le préfet de Guadeloupe a annoncé des poursuites.

Alors que le carnaval essaie de se réinventer en Guadeloupe et que de nouvelles festivités étaient annoncées pour ce Mardi gras de « kannaval », les autorités ont marqué le coup. Des poursuites seront lancées après le « déboulé », le défilé, organisé dimanche entre les Abymes et Pointe-à-Pitre en dépit de l’interdiction due à l’épidémie de covid-19, a annoncé la préfecture de l’île.

« Plusieurs centaines de personnes », selon les médias locaux, se sont rassemblées dimanche soir pour défiler en zone pointoise. Dans un communiqué, la préfecture dit « déplorer ces comportements irresponsables de la part des organisateurs et des participants qui y ont entraîné de jeunes enfants » et annonce des poursuites à leur encontre. « Sans distanciation ni port du masque, ce défilé est susceptible d’augmenter le nombre de nouvelles contaminations », souligne le communiqué. « Après une large concertation, les groupes se sont engagés en 2021 à faire carnaval autrement prenant en compte la sécurité de tous. Les déboulés ne doivent pas gâcher en quelques soirées les efforts de toute la population depuis plusieurs mois », martèle le préfet Alexandre Rochatte.

C’est en prévision de cette fête très populaire dans la culture antillaise et caribéenne, et après la détection d’un cas de variant anglais, que la Martinique et la Guadeloupe ont annoncé il y a trois jours de nouvelles restrictions pour les déplacements entre les deux îles. À compter de ce mardi, un « motif impérieux » est de nouveau exigé.

« Eviter un nouveau rebond de l’épidémie »

Début février, un « déboulé sauvage » à Morne-à-l’Eau (commune du nord de la Grande Terre) avait abouti, après identification des participants, à une trentaine de contraventions de 135 euros, dressées pour « violation de l’interdiction de rassemblements de plus de 6 personnes ». « Même si elles sont contraignantes, [ces mesures] visent à briser les chaînes de contamination et à éviter un nouveau rebond de l’épidémie », insiste la préfecture.

Et lundi, un « vidé » a eu lieu en Martinique, à Schoelcher. Là non plus, d’évidence, les règles de distanciation physique n’étaient pas respectées, et le port du masque très accessoire. Pour parer à tout risque, un carnaval canalisé est lui organisé au stade Pierre-Aliker de Fort-de-France.

Le nombre de contaminations augmente en Guadeloupe (103 nouveaux cas positifs entre le 1er et le 7 février, contre 73 la semaine précédente, selon Santé publique France) et l’archipel compte désormais plusieurs cas de malades positifs au variant britannique (cinq résidents de Guadeloupe positifs au 12 février).

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En Martinique le taux d’incidence est stable, à 19,2 pour 100 000 habitants.