«Comme un film hollywoodien» : piégé après la rupture d’un glacier en Inde, un rescapé raconte

Le tunnel où travaillait Rajesh Kumar a été submergé par une crue à la suite de l’effondrement d’un glacier de l’Himalaya. Lui et ses collègues ont dû tenir à bout de bras sur des échafaudages pendant des heures, avant d’être secourus.

 Des membres de la police indo-tibétaine sauvent des personnes bloquées dans des tunnels submergés après la rupture d’un glacier de l’Himalaya.
Des membres de la police indo-tibétaine sauvent des personnes bloquées dans des tunnels submergés après la rupture d’un glacier de l’Himalaya.  AFP/Indo-Tibetan Border Police (ITBP)

Au départ, ils n'ont entendu que des sifflements étranges, et des cris. Et soudain, ils ont vu le déluge au fond du tunnel. Après la rupture d'un glacier himalayen dans le nord de l'Inde, une dizaine d'hommes se sont retrouvés à lutter pour leur survie pendant des heures, pris au piège comme dans « un film hollywoodien », a raconté à l'AFP Rajesh Kumar au lendemain de leur sauvetage.

Plusieurs dizaines d'ouvriers travaillaient dans un tunnel du complexe hydroélectrique sur la rivière Dhauliganga, dans l'Etat d'Uttarakhand, dimanche, quand une crue subite, attribuée à une rupture de glacier, a ravagé la vallée, détruisant ponts et routes.

Impressionnantes inondations en Inde

Lundi à la mi-journée, les autorités ont confirmé la mort de 18 personnes tandis qu'au moins 200 autres sont portées disparues. « Nous étions à 300 mètres à l'intérieur du tunnel en train de travailler. Soudain, on a entendu des sifflements et des cris nous demandant de sortir », raconte Rajesh Kumar depuis son lit d'hôpital.

« Dieu merci, on n'a pas lâché prise »

« Nous avons d'abord pensé qu'il s'agissait d'un incendie. Nous avons commencé à courir », se souvient le rescapé de 28 ans. « Nous pouvions voir la sortie, quand l'eau a fait irruption. C'était comme dans un film hollywoodien. »

Kumar et ses collègues sont restés quatre heures durant au fond du tunnel submergé par les flots, accrochés tant bien que mal à des barres d'échafaudage, à lutter pour garder la tête hors de l'eau et éviter les débris et les rocs.

« Nous étions tous coincés là, et nous nous disions sans cesse : quoi qu'il arrive, nous ne devons pas lâcher les barres. Dieu merci, nos mains n'ont pas lâché prise », ajoute le jeune homme. « Nous avons bien cru que nous ne nous en sortirions pas ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En même tant que les flots descendaient dans la vallée, le tunnel s'est peu à peu vidé de son eau, ne laissant qu'un lit de boue et de décombres de plus de 1,5 mètre de haut.

« Nous avons escaladé les amas rocheux et nous nous sommes frayé un chemin jusqu'à l'entrée du tunnel », a-t-il poursuivi. Là, les ouvriers n'ont découvert qu'une toute petite ouverture.

« Tout ce que nous savions, c'est que nous pouvions sentir un peu d'air » qui s'en échappait, avant d'apercevoir enfin la lumière du jour, ajoute-t-il.

Une tragédie « imprévisible »

A ce stade, un des hommes a pu capter un signal téléphonique et appeler les secours. Ils ont alors pu être localisés et rejoints par les équipes de secours. Kumar et ses compagnons ont été extraits de leur cavité boueuse avant d'émerger enfin à l'air libre, sains et saufs.

Effondrement d'un glacier en Inde : un homme coincé sous terre récupéré par les secours

Certains ont toutefois dû être installés sur des brancards avant d'être transportés à l'hôpital, mais ils ne souffraient que de blessures mineures.

Selon les autorités, le complexe hydroélectrique était en pleine activité dimanche et des dizaines d'ouvriers de ses deux centrales électriques sont toujours portés disparus.

« Cette tragédie était imprévisible », a affirmé le Premier ministre de l'Etat, Trivendra Singh Rawat. « Si l'incident s'était produit le soir, après les heures de travail, la situation n'aurait pas été aussi grave, car les ouvriers et les travailleurs des chantiers et des environs auraient été chez eux ».

Les autorités redoutent que d'autres ouvriers soient encore coincés dans un deuxième tunnel. « Il est possible qu'environ 35 personnes soient encore bloquées à l'intérieur », a indiqué Trivendra Singh Rawat. Il a précisé que les efforts pour dégager le tunnel et tenter de secourir d'éventuels survivants avaient duré toute la nuit de dimanche à lundi. Des chiens renifleurs ont été déployés pour participer aux recherches.

Des difficultés techniques entravaient les opérations de sauvetage dans le tunnel mais 90 mètres à l'intérieur ont déjà été déblayés et étaient accessibles lundi, selon Vivek Kumar Pandey, un autre responsable local. « Il semble qu'environ 100 mètres de débris à l'intérieur du tunnel doivent encore être dégagés », a-t-il ajouté.