Cherbourg se retrouve à nouveau sans commissaire !

Le commissaire de Cherbourg est parti après seulement six mois de fonction. La ville de la Manche se retrouve pour la seconde fois en deux ans sans personne à la tête de sa police.

 Le commissariat de Cherbourg n’a pas de « patron ». Le poste pourrait ne pas être pourvu avant le printemps, s’inquiètent les syndicats.
Le commissariat de Cherbourg n’a pas de « patron ». Le poste pourrait ne pas être pourvu avant le printemps, s’inquiètent les syndicats. Google Street View

Décidément, les commissaires de police ne rêvent pas de venir à Cherbourg et leur hiérarchie n'a pas l'air de les y inciter… La ville du Cotentin, qui est pourtant la plus grande circonscription de police du département de la Manche, n'a plus de commissaire depuis cet été et le départ de Pascal Serrand, nommé dans l'Orne.

Or personne ne s'est proposé pour le remplacer. Ce qui fait craindre aux syndicats que cette situation ne perdure. « Les appels à candidature ne se feront qu'en début d'année prochaine. Le poste pourrait ne pas être pourvu avant le printemps, s'inquiète Romain Lecalier, secrétaire régional du syndicat des cadres de la sécurité intérieure.

« Les jeunes commissaires, pour des raisons notamment familiales, privilégient de plus en plus les grandes villes. Ce qui n'arrange pas les perspectives d'un commissariat comme Cherbourg », ajoute le syndicaliste. Une préoccupation d'autant plus compréhensible qu'avant la nomination du dernier commissaire, le même poste était déjà resté vacant pendant… plus de huit mois!

« Cherbourg peut paraître excentré »

Pourtant, cette agglomération, comme l'avait alors expliqué le maire Benoît Arrivé, « comprend, entre autres, des industries sensibles et un port où se posent des questions migratoires importantes ». Il vient d'ailleurs d'écrire pour la deuxième fois en deux ans au ministre de l'Intérieur pour l'interpeller sur cette répétition fâcheuse. Ce à quoi le ministère a laconiquement répondu que le dossier était à l'étude.

Il faut dire que cette situation ne se limite pas à Cherbourg. « C'est structurel. Il y a en ce moment 30 postes non pourvus en France. Ce qui fait que nos collègues commissaires ont le choix dans leurs candidatures. Et Cherbourg peut paraître excentré à certains… », explique le secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires de la police nationale, Pierrick Agostini.