Meurtre dans le Bas-Rhin : un appel à témoins pour retrouver l’ex-conjoint de la victime

L’homme a coupé son téléphone après le meurtre de son ex-compagne et est désormais introuvable.

 Les gendarmes intiment les personnes qui se retrouveraient face au suspect de ce féminicide à « ne pas intervenir ».
Les gendarmes intiment les personnes qui se retrouveraient face au suspect de ce féminicide à « ne pas intervenir ». LP/Arnaud Journois

Plus de 48 heures après la découverte du corps lardé de coups de couteau, le suspect, ex-conjoint de la victime, demeure introuvable. Son implication dans le meurtre d'une femme de 58 ans, retrouvée sans vie, dans une mare de sang, samedi à Wissembourg, dans le Bas-Rhin, ne fait que peu de doutes pour les gendarmes. Ils ont lancé ce lundi un appel à témoins, afin de retrouver la trace du véhicule de ce suspect âgé de 50 ans.

Les gendarmes recherchent une Mazda 6 break bleu foncé. Ils invitent « toute personne ayant des informations relatives à ce véhicule » ou « en cas de localisation de celui-ci » à contacter le 03.88.94.01.02. Ils intiment les personnes qui se retrouveraient face au suspect à « ne pas intervenir ».

L'ancien conjoint de la victime aurait laissé à son domicile une lettre, évoquant une « trahison » et son passage à l'acte imminent , rapporte France 3. Il avait entretenu une relation avec elle pendant plusieurs mois, jusqu'à l'été. Elle y avait mis un terme, avant de rencontrer un autre homme.

Une fuite calculée ?

Le corps de la quinquagénaire, qui officiait comme aide soignante dans un Ehpad, a été frappé d'au moins trois coups de couteau, a indiqué aux Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) une source proche du dossier. Ce sont les gendarmes qui l'ont retrouvée, après avoir été contactés par des proches du suspect, qui n'avaient plus de nouvelles de lui. Une source a précisé à France Bleu que l'homme a « coupé son téléphone portable juste après les faits » et est parti en voiture. Elle évoque la possibilité d'une fuite vers l'Allemagne voisine.

Les recherches, entreprises samedi, pour retrouver la trace de ce meurtrier présumé, ont été épaulées par un hélicoptère et des dizaines de militaires. Selon le décompte de l'AFP, s'il est avéré, ce féminicide alourdirait encore le bilan de l'année 2020, qui recense déjà 51 meurtres de femmes par un conjoint ou ex-conjoint. L'an passé, 146 femmes avaient été victimes d'un féminicide en France.