Attentat en Autriche : non, cette vidéo n’a pas été tournée à Vienne

Parmi les nombreuses images diffusées sur les réseaux sociaux depuis lundi soir, au moins une vidéo, présentée comme la course-poursuite avec l’assaillant, n’a pas été tournée à Vienne. On décrypte des images très virales.

 Au moins l’une des vidéos partagées lundi soir sur Twitter, et qui a atteint plus de 110 000 vues sur un compte, n’a pas été prise à Vienne.
Au moins l’une des vidéos partagées lundi soir sur Twitter, et qui a atteint plus de 110 000 vues sur un compte, n’a pas été prise à Vienne. Capture écran Twitter/@Zengin Global

La police autrichienne a intimé dès lundi soir à la population de ne pas diffuser de photos ou de vidéos des scènes de crimes à Vienne, qui seraient susceptibles de mettre à mal les investigations. Ce qui n'a pas empêché le partage massif sur les réseaux sociaux d'images glaçantes.

La sanglante fusillade qui a endeuillé la capitale autrichienne lundi soir a en effet largement été documentée par des vidéos prises par des passants, ou depuis les fenêtres d'appartements placés sur le parcours mortifère du tueur et diffusées presque instantanément. Outre le choc que peuvent susciter ces images, dont certaines montrent des corps ensanglantés à terre, la prudence demeure de mise quant à leur véracité. Au moins l'une des vidéos partagées lundi soir sur Twitter et qui a atteint plus de 110 000 vues sur un compte, n'a pas été prise à Vienne.

« Le moment de la capture du terroriste » à Vienne

Sur ce tweet, posté par le compte « Zengin global », un profil en turc qui ne présente qu'un peu plus de 600 abonnés, moins de 70 tweets et se décrit comme « compréhensible, fiable » et « impartial », la vidéo est présentée comme étant « le moment de la capture du terroriste » à Vienne.

Au moins deux autres comptes, dont celui « Italia in rivolta » (Italie en révolte), sur Instagram, présentent la même scène, comme ayant été tournée dans la capitale autrichienne.

Les images, filmées depuis un appartement qui donne sur une large avenue, attestent d'une scène de panique : des poubelles sont renversées au sol, des véhicules de police aux sirènes hurlantes arrivent sur place et plusieurs personnes habillées en noir courent, comme si elles essayaient de leur échapper. Une poignée de ces individus sont ensuite poursuivis par des fonctionnaires à moto. Les seules paroles que l'on peut entendre sont des commentaires, en anglais, émanant de l'une des témoins de la scène.

Plusieurs éléments permettent de comprendre que ce compte Twitter - qui continue de marteler ce mardi que ses images proviennent bien de Vienne - diffuse de fausses informations. D'abord, les autres informations publiées par le compte Zengin Global sur cet attentat sont fausses : il faisait état lundi soir de sept morts, quand il y en avait officiellement trois, en plus du tueur (depuis, le bilan s'est alourdi à quatre décès).

Des véhicules différents et une adresse à Barcelone

Ensuite, les véhicules de police viennois ne ressemblent pas à ceux qui figurent sur l'image. Ils sont gris et portent sur le côté la mention « Polizei », accompagnée de bandes bleu et rouge. Les voitures qui apparaissent sur la vidéo sont en fait des véhicules appartenant à la police catalane, les Mossos d'Esquadra, puisque la scène a été tournée à Barcelone, lors des récents heurts liés à l'instauration d'un couvre-feu.

On peut retrouver des partages sur Twitter et Instagram de cette vidéo datant pour certaines du 30 octobre, soit trois jours avant l'attaque, qui évoquent tous des heurts à Barcelone. L'auteur des images n'est jamais mentionné.

Une autre vidéo, presque tournée au même moment, mais sous un autre angle, où l'on voit bien les motos et véhicules de police, prouve bien qu'il s'agit d'une même scène et atteste donc définitivement qu'il ne peut pas s'agir de l'attaque de Vienne.

Une scène imaginée aussi à Liverpool et Paris

Une petite recherche sur Google maps permet enfin de trouver l'adresse exacte où se sont tenus ces heurts : il s'agit du numéro 4 de la Via Layetana, l'une des rues qui jalonne le parcours habituel des manifestations prévues à Barcelone. On y trouve le même marquage au sol « bus, taxi », le même passage piéton, le même panneau bleu « taxi » et les mêmes arbres sur la gauche…

Ce n'est par ailleurs pas la première fois que ces images de Barcelone sont prêtées, à tort, à un autre événement. La veille de l'attaque, un compte Twitter la présentait comme une scène de heurts à Liverpool, au Royaume-Uni.

Sauf qu'il suffit de se rendre compte que les routes sont prévues pour accueillir des véhicules roulant à droite, pour balayer cette hypothèse… Et sous l'un des comptes qui a diffusé cette vidéo, un commentaire évoque même, sans l'étayer, une scène qui se serait passée à… Paris.