Attentat de Nice : quatre nouvelles personnes arrêtées dans le Val-d’Oise

Selon nos informations, il s’agit de membres de l’entourage du Tunisien de 29 ans déjà en garde à vue.

 Quatre personnes ont été placées mardi matin en garde à vue dans l’enquête sur l’attaque au couteau dans une église de Nice par Brahim A., jeudi dernier, qui a causé la mort de trois personnes (Photo d’illustration).
Quatre personnes ont été placées mardi matin en garde à vue dans l’enquête sur l’attaque au couteau dans une église de Nice par Brahim A., jeudi dernier, qui a causé la mort de trois personnes (Photo d’illustration). AFP/Valéry Hache

L'enquête se poursuit. Quatre personnes ont été placées ce mardi matin en garde à vue dans l'enquête sur l'attaque au couteau dans une église de Nice par Brahim A., jeudi dernier, qui a causé la mort de trois personnes. Ces quatre hommes ont été interpellés dans le Val-d'Oise.

Selon nos informations, ils font partie de l'entourage de A. B-A, un Tunisien de 29 ans déjà gardé à vue, qui a voyagé avec l'auteur de l'attaque lors de son périple migratoire jusqu'en Europe. Mais ce dernier assure aux enquêteurs tout ignorer de son projet terroriste.

Un contact téléphonique en question

Jusqu'à ces nouvelles interpellations, six personnes avaient déjà été placées en garde à vue depuis jeudi. Mais toutes ont été relâchées, à l'exception d'un seul suspect : A. B-A. Cet homme est soupçonné d'avoir voyagé avec Brahim A. à bord du bateau qui a accosté sur l'île italienne de Lampedusa, en Méditerranée, puis d'avoir transité avec lui jusqu'en France.

Selon nos informations, un contact téléphonique a été retrouvé dans le téléphone de A. B-A. laissant un temps penser aux enquêteurs qu'il se trouvait avec Brahim A. à Nice. Leur chemin s'était finalement séparé plus tôt. Il s'agissait en fait du contact d'un autre homme, qui fait partie de l'entourage de A. B-A et compte parmi les quatre nouveaux interpellés dans le Val-d'Oise.

VIDÉO. Risque d'attentat contre les intérêts français : « La menace est partout »

Quant à Brahim A., 21 ans, il est pour sa part toujours hospitalisé ce mardi matin. Grièvement blessé par la police lors de son attaque, il a été testé positif au Covid-19, une contamination qui pourrait retarder de plusieurs jours son audition.