Attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo : neuf personnes en garde à vue

L’enquête dans l’attaque contre les anciens locaux de Charlie se poursuit. Deux personnes supplémentaires ont été placées en garde à vue ce samedi.

 Des policiers interviennent à Paris, après l’attaque à l’arme près des anciens locaux de Charlie Hebdo, le 25 septembre.
Des policiers interviennent à Paris, après l’attaque à l’arme près des anciens locaux de Charlie Hebdo, le 25 septembre. LP/Philippe de Poulpiquet

Deux autres personnes, le frère du principal suspect et une de ses connaissances, ont été placées en garde à vue samedi dans l'enquête sur l'attaque au hachoir à Paris vendredi qui a fait deux blessés graves.

Selon une source judiciaire citée par l'AFP, « le petit frère du principal suspect » a été interpellé dans le Val-d'Oise et placé en garde à vue, ainsi qu'un homme « dans l'environnement relationnel » de l'assaillant présumé.

Au total, ce sont donc neuf personnes qui sont actuellement en garde à vue dans cette affaire. Le principal suspect a été arrêté par la police place de la Bastille à la mi-journée vendredi. Cet homme né au Pakistan et âgé de 18 ans était arrivé en France encore mineur il y a trois ans.

La garde à vue pour le deuxième suspect

Plus tard dans la journée, vendredi, cinq hommes qui se trouvaient dans l'un des domiciles présumés du principal suspect, à Pantin (Seine-Saint-Denis), ont été interpellés. Deux domiciles présumés du principal suspect ont en effet été perquisitionnés, celui de Cergy et celui de Pantin.

La garde à vue du deuxième suspect dans l'attaque au hachoir à Paris vendredi, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, a été levée vers minuit car cet homme qui se trouvait à proximité du lieu de l'attaque a été mis « hors de cause », a expliqué samedi une source judiciaire. Selon nos informations, il n'aurait rien à voir avec l'attaque et aurait même, au contraire, voulu s'interposer, d'après son avocate.

Selon une source proche du dossier, son récit qui « consiste à dire qu'il a été témoin, a poursuivi l'auteur et a ensuite été menacé, a été corroboré par l'enquête » dans cette agression qui a fait deux blessés graves dans l'équipe de l'agence Premières Lignes.

Enfin, selon la source judiciaire, un « ancien colocataire du principal suspect quand il résidait dans un hôtel social » à Cergy (Val-d'Oise) a été placé à son tour en garde à vue vers 23 heures vendredi.

L'attaque intervient en plein procès de l'attentat meurtrier qui avait visé l'hebdomadaire satirique en janvier 2015. Le parquet national antiterroriste (Pnat) a été saisi d'une enquête pour « tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste », confiée à la brigade criminelle et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

« Manifestement c'est un acte de terrorisme islamiste », a estimé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sur France 2, déplorant « une nouvelle attaque sanglante contre notre pays ».

VIDÉO. Attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo : 2 victimes, 2 suspects arrêtés et des blessures ravivées

En garde à vue, Ali H. a selon nos informations reconnu les faits et clairement dit aux enquêteurs qu'il est passé à l'acte à cet endroit car ce sont les anciens locaux de Charlie Hebdo. Son attaque inscrivant dans le contexte de la republication des caricatures de Mahomet.

La préfecture de police de Paris, accusée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin d'avoir « sous-évalué » la menace, a par ailleurs indiqué ce samedi que «l'ancien immeuble de Charlie Hebdo ne faisait l'objet d'aucune menace connue et les sociétés qui y sont actuellement hébergées n'ont fait état d'aucune menace à l'encontre de leurs personnels ».

Depuis la vague d'attentats djihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France et qui a fait 258 morts, plusieurs ont été perpétrés à l'arme blanche, notamment à la préfecture de police de Paris en octobre 2019 ou à Romans-sur-Isère (Drôme) en avril dernier.

Attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo : neuf personnes en garde à vue