Alpes-Maritimes : le directeur d’une école d’ostéopathie poursuivi pour viols et agressions sexuelles

Quatre plaintes pour agressions sexuelles ou viols visent Marc Bozzetto, directeur d’une école réputée à Valbonne. Elles ont conduit à l’ouverture d’une instruction judiciaire ce mardi.

Illustration. Le patron de l'école d'ostéopathie Atman de Valbonne (Alpes-Maritimes) est visé par quatre plaintes pour agressions sexuelles ou viols.
Illustration. Le patron de l'école d'ostéopathie Atman de Valbonne (Alpes-Maritimes) est visé par quatre plaintes pour agressions sexuelles ou viols. LP/Frédéric DUGIT

La libération de la parole pour les victimes de violences sexuelles continue de se traduire en justice. Ce mardi, le parquet de Grasse (Alpes-Maritimes) a indiqué avoir ouvert une instruction judiciaire visant Marc Bozetto, le directeur de l’école d’ostéopathie reconnue de Valbonne, accusé de viols et agressions sexuelles.

Au total, « quatre victimes sont visées par le réquisitoire introductif », a indiqué le parquet, précisant que Marc Bozzetto avait déjà été placé en garde à vue depuis le début de la procédure. Le quotidien Nice-Matin a recensé de son côté six plaintes et publié, ce mardi, le témoignage d’une septième victime présumée.

Cette victime dit avoir subi une agression sexuelle en 2013. Lors d’un rendez-vous professionnel, le praticien lui avait proposé une séance gratuite mais lui avait massé les seins et la zone près du sexe.

« Il m’a dit que tout passait par mon vagin et mon clitoris, que je devais écarter les jambes et laisser entrer l’énergie par mon clitoris. Qu’il fallait que j’apprenne à me donner du plaisir seule », raconte-t-elle, à Nice-Matin. Le journal a recensé aussi les témoignages d’une ex-salariée, d’une sportive de haut niveau, d’une salariée du monde de la culture et d’une ancienne étudiante.

Incapable de comprendre la réactions de ses étudiantes

« Je prends acte qu’une information judiciaire est ouverte. À ce jour, il n’a été ni convoqué ni mis en examen », a réagi Me Karine Benadava, l’avocate parisienne du président-fondateur de l’école d’ostéopathie, âgé de 80 ans.

Son client avait déjà pu répondre, en février à France 3, suite à de premières accusations de la part d’élèves. « C’est un ressenti normal de la femme, mais si toutes les femmes qu’on travaille sur le bassin portent plainte, on ne s’en sort plus et il faut arrêter le métier d’ostéopathe pelvien », répondait devant la caméra le directeur qui, dans une autre interview, s’était déclaré « furieux » et incapable de comprendre la réaction de ces deux étudiantes.

LIRE AUSSI >Violences sexuelles : une plateforme pour libérer la parole et accompagner les victimes

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Le quotidien régional explique que le praticien est un ponte doté d’une indiscutable aura dans le milieu de l’ostéopathie, qui conférences et symposiums de par le monde. Son établissement est sous tutelle du ministère de la Santé.

L’école Atman, qui forme environ 300 élèves en cinq ans, se présente comme le premier campus d’ostéopathie holistique de France. Basée dans la technopole de Sophia Antipolis, elle a été créée en 1980 par Marc Bozzetto, à une époque où les ostéopathes étaient considérés comme des charlatans par le corps médical.