AbonnésFaits divers

A Saint-Martin-Vésubie meurtrie : viande de chamois, groupes électrogènes et nuits courtes

Café, vin blanc, barbecue et toilettes sèches. La vie sociale se réorganise à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes) autour de la satisfaction des besoins primaires.

 La mairie de Saint-Martin-Vésubie est devenue le point de ralliement pour les habitants de la commune dévastée par la crue.
La mairie de Saint-Martin-Vésubie est devenue le point de ralliement pour les habitants de la commune dévastée par la crue. LP/Olivier Lejeune

Des larmes parfois, quelques éclats de voix aussi et des rires de temps en temps. Près de quatre jours après les intempéries qui ont défiguré la commune de Saint-Martin-Vésubie, c'est la confusion des sentiments qui règne à l'hôtel de ville. Le bâtiment municipal, où l'électricité a été rétablie dimanche soir grâce à l'installation d'un groupe électrogène, est reconverti en quartier général pour les équipes de pompiers et les services techniques d'EDF. C'est aussi là que convergent les habitants de la commune dans le besoin ou en quête d'un branchement électrique.

« Il est normal que les gens craquent de temps en temps. Ils commencent à être très fatigués, ils ont besoin de repos et chacun présente une problématique différente », analyse Ivan Mottet, le maire de Saint-Martin qui a pu enfin bénéficier de plusieurs heures de sommeil consécutives dans la nuit de lundi à mardi. « On tente d'améliorer un peu le quotidien en installant des cabines de douches et des toilettes. L'autre difficulté du moment, c'est d'organiser la distribution des multiples donations qui commencent à affluer », poursuit l'édile, élu pour la première fois au printemps dernier.

«Je ne veux pas quitter ma maison, je n'ai aucun endroit où aller»

Au premier étage, une employée de mairie, recueille les demandes des uns et des autres. Elle tente de garder son calme en dépit de la catastrophe qui a détruit sa maison et fait une victime au sein de sa famille. Mais Michel, un septuagénaire malade du cœur, est en colère. Il souhaiterait pouvoir redescendre à la pharmacie de Roquebillière pour se réapprovisionner en médicaments. Or, la route est réservée aux personnels de secours et aux évacuations. « Je n'ai plus que deux jours de réserve et je ne veux pas quitter ma maison, je n'ai aucun endroit où aller », plaide-t-il, sans succès. Il finit par être pris en compte par une infirmière de la sécurité civile.

Du matin au soir, une équipe de bénévoles se relaie./LP/Olivier Lejeune
Du matin au soir, une équipe de bénévoles se relaie./LP/Olivier Lejeune  

Sur le parvis devant la mairie, deux hommes s'activent pour découper la viande de chamois et de cerf offerte par les chasseurs du coin. Elle se sera mise à griller pour le barbecue du midi. C'est là, autour du feu et des réchauds que bat le cœur de Saint-Martin-Vésubie. Du matin au soir, une équipe de bénévoles se relaie pour assurer le service du café, de la soupe ou du petit verre de vin blanc en fin de journée.

«Ce n'est pas Éric Ciotti qui débloque les moyens, c'est l'Etat»

C'est aussi là que l'ambiance café du commerce reprend ses droits une fois que l'activité baisse d'un cran. On y discute par exemple de l'influence réelle ou supposée d'Éric Ciotti sur l'organisation des secours. Le conseiller départemental du canton de Saint-Martin-Vésubie est un enfant de la commune où il a conservé un solide ancrage. « Franchement, Eric a donné un sacré coup de pouce pour mobiliser les pompiers sur Saint-Martin, estime Joëlle. Sans lui, on n'aurait pas eu autant d'hélicoptères ». Un technicien acquiesce et apprécie l'arrivée imminente d'une quinzaine de groupes électrogènes. Tout le monde n'est pas du même avis. « Mais non, voyons, c'est une catastrophe naturelle que nous vivons, rétorque un commerçant. Ce n'est pas Éric Ciotti qui débloque les moyens, c'est l'Etat ».

VIDÉO. Tempête Alex : la solidarité s'organise autour des villages isolés

Mais la priorité du moment est ailleurs. La mairie, les pompiers et les gendarmes tentent de recenser aussi précisément que possible les personnes qui quittent Saint-Martin-Vésubie. Et ceux qui restent, malgré tout. Un travail de fourmi pour tenter débusquer les derniers noms qui manquent encore à l'appel.