Un centre des Restos du cœur ouvre au Neubourg, 4000 habitants

Pour répondre à la demande, bien réelle en ces temps de crise, les Restos du cœur viennent de s’implanter dans cette petite ville de l’Eure, dans un ancien local commercial déserté.

 Les Restos du Cœur ont ouvert au Neubourg (Eure) leur 19e centre de distribution alimentaire dans l’Eure.
Les Restos du Cœur ont ouvert au Neubourg (Eure) leur 19e centre de distribution alimentaire dans l’Eure. LP/Lou Garçon

Au 5, rue de la Charité, un concept store « écoresponsable » balayé par la crise du covid a été remplacé par… l es bénévoles des Restos du cœur. Au moment où la pauvreté s'accroît sur le territoire, l'association créée par Coluche ouvre ce centre de distribution dans la ville du Neubourg (Eure), à une vingtaine de kilomètres d'Evreux, zone jusqu'ici blanche pour l'association.

« Il suffit de regarder le nombre de personnes qui viennent ce matin : le besoin est là, il fallait que l'on ouvre », dit Dominique Viron, responsable du site, à son poste aux heures d'inscription et de distribution les lundis et vendredi matins. 70 bénéficiaires sont déjà inscrits un mois après ouverture, soit pas beaucoup moins que les centres bien implantés, « qui eux tournent généralement autour d'une centaine de personnes ».

Les huit bénévoles fournissent de quoi fabriquer neuf repas équilibrés par semaine et par personne, grâce aux dons de l'Union européenne et aux collectes effectuées avant chaque distribution. Le pain provient des invendus d'un boulanger du Neubourg. Les bénéficiaires sont des seniors aux petites retraites et beaucoup de mères seules.

« On vit sur un RSA et on n'a pas assez à manger »

Parmi les inscrits, il y a Christine (le prénom a été changé), le visage grave derrière son masque. « Mère solo » au RSA, la jeune femme a arrêté de travailler pour s'occuper de son enfant en situation de handicap. Elle a, pour la première fois, droit à l'aide alimentaire et en est la première surprise : « Les Restos du cœur sont les seuls à m'accepter parce qu'ils ne prennent pas en compte l'allocation liée au handicap. Heureusement, car elle sert exclusivement aux soins de mon enfant… » Elle repart le panier rempli de conserves, pâtes, légumes et même de quelques masques anti-Covid. « C'est une petite soupape. Ça de moins à payer… »

De nouveaux visages, plus juvéniles, se présentent aussi aux portes des Restos. Arthur (le prénom a été changé) a 26 ans mais semble à peine sorti de l'adolescence. Il est venu avec femme et bébé : « Avant la crise, j'avais commencé l'intérim mais il n'y a plus aucune mission. Aujourd'hui, on vit sur un RSA et on n'a pas assez pour manger », explique-t-il avec pudeur.

L'équipe des Restos appelle les habitants du Neubourg et des villages alentour qui n'osent pas franchir le pas à venir s'inscrire s'ils pensent avoir le droit à une aide alimentaire. « Ils seront reçus avec bienveillance ».