Savigny-sur-Orge : Eric Dupond-Moretti en visite au centre éducatif fermé

Le garde des Sceaux est venu remercier les personnels de ce centre, qui accueille des mineurs délinquants, pour leur travail, notamment en cette période difficile de confinement.

 Savigny-sur-Orge, ce lundi matin. Leministre de la Justice a pris le temps de discuter avec le personnel et les mineurs du centre éducatif fermé.
Savigny-sur-Orge, ce lundi matin. Leministre de la Justice a pris le temps de discuter avec le personnel et les mineurs du centre éducatif fermé. LP/SEBASTIEN MORELLI

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti était ce lundi matin au centre éducatif fermé de Savigny-sur-Orge. Cette institution accueille actuellement huit mineurs, âgés de 16 à 18 ans, multirécidivistes ou ayant commis des faits graves. Le garde des Sceaux n'a pas effectué ce déplacement pour faire des annonces. Il a pris le temps de visiter les lieux, et de remercier chaleureusement les personnels de justice pour leur travail, notamment en cette période compliquée.

« Nous sommes mobilisés pour que la justice continue. Ici, tout le monde a répondu présent. Tous les personnels sont là, au travail. Ils poursuivent leur magnifique mission auprès de ces jeunes qui continuent à recevoir ce dont ils ont besoin, a lancé le ministre. La Justice est une denrée essentielle et elle doit continuer sa mission essentielle. Ici, permettre à des gamins qui ont dérivé de retrouver le droit chemin. »

« Cette visite valorise notre travail et nos jeunes »

Des gamins avec qui Eric Dupond-Moretti a pris le temps de discuter. « Ne voyez pas votre passage ici comme un boulet, mais comme une chance dont-il faut vous saisir », leur a-t-il notamment lancé. « Qu'un ministre vienne s'intéresser à eux, leur quotidien, c'est un très bon levier éducatif », se réjouit Malika Zerwetz, la directrice du centre. « Pour moi, c'est une fierté de présenter le travail valeureux et courageux de nos équipes éducatives. Cette visite valorise notre travail et nos jeunes », poursuit la directrice.

Dans ce centre, les mineurs sont accueillis pour une période de six mois éventuellement renouvelable une fois. « Au départ, quand ils arrivent, il y a toujours une appréhension. Ils disent que ça va être très long, qu'on ne va leur servir à rien. Mais systématiquement, quand ils repartent, ils nous disent merci », note Malika Zerwetz.

Pour parvenir à faire avancer ces jeunes, cabossés par la vie, confrontés à « l'échec, la maltraitance, la violence, nous devons trouver comment créer du lien avec eux, pour faire autorité auprès d'eux. Et nous devons trouver comment les détourner de cette violence, de la confrontation. C'est la pédagogie du détour, qui passe par des ateliers avec des animaux, le maraîchage, la cuisine… », explique-t-elle. « Ce sont nos équipes qui donnent du sens à leur placement et qui font qu'ils se saisissent de l'intérêt que ça a pour eux. » Une dernière chance à saisir, avant de repartir en milieu ouvert, où ils continuent d'être suivis par la protection judiciaire de la jeunesse.