Poissons morts, odeur d’œuf pourri : une nouvelle pollution touche les lacs de l’Essonne

Si les impacts sont limités selon les élus de Viry et Grigny, plusieurs dizaines de poissons ont été retrouvés morts par des habitués de cet espace sensible, un mois après l’apparition d’une nappe blanchâtre.

 Grigny (Essonne), le 6 octobre 2020. Depuis le 24 septembre, toutes les activités nautiques sont interdites sur les lacs de l’Essonne.
Grigny (Essonne), le 6 octobre 2020. Depuis le 24 septembre, toutes les activités nautiques sont interdites sur les lacs de l’Essonne. LP/Nolwenn Cosson

Cannes à pêche, planches à voile et tenues de plongée ont été mises au placard. Depuis le 24 septembre, toutes les activités nautiques et de pêche sont interdites sur les lacs de l'Essonne, situés à cheval sur les communes de Viry-Chatillon et Grigny.

Un mois jour pour jour après une première pollution, une nouvelle nappe blanchâtre est apparue en surface. « C'est le même problème que nous avons rencontré au mois d'août, même si l'ampleur est plus limitée, explique Jean-Marie Vilain, maire (Les Centristes) de Viry. Un clapet au niveau d'un robinet de l'aire d'accueil des gens du voyage voisine était défectueux. Cela a permis le passage d'eaux de rinçage, de lessive et de savon dans le lac. »

Des travaux de réparation effectués sur le clapet défectueux

La première réparation programmée dans la foulée a été mise à mal par les fortes précipitations qui ont suivi. « Le problème technique a été identifié et les services de l'agglomération Grand Paris Sud ont réalisé les travaux, assure Philippe Rio, maire (PCF) de Grigny. Nous attendons maintenant les résultats des analyses pour lever nos arrêtés. »

Viry-Chatillon (Essonne), le 4 octobre 2020. Une nappe blanchâtre était toutefois encore visible au niveau de la Marina. DR
Viry-Chatillon (Essonne), le 4 octobre 2020. Une nappe blanchâtre était toutefois encore visible au niveau de la Marina. DR  

Des résultats qui se font attendre alors que sur place tout semble être revenu à la normale. « D'un côté, je trouve que cela traîne, mais de l'autre, je ne veux pas mettre la pression au laboratoire, poursuit Jean-Marie Vilain. Je ne veux pas qu'il y ait d'erreur dans les analyses. En attendant, il faudra patienter. Ce qui m'ennuie le plus c'est pour les élèves de CE2 qui devaient suivre un stage de planche à voile. Je sais à quel point ils apprécient ce moment. »

Le ras-le-bol des pêcheurs

Si les deux élus maintiennent que cette deuxième pollution a été limitée, des habitués des lacs dénoncent un manque de transparence. Gaëtan pratique régulièrement du paddle sur ce site. « J'ai été l'un des premiers à les alerter. Il y avait encore cette odeur désagréable (NDLR : similaire à un œuf pourri) et j'ai découvert de nombreux poissons morts, raconte cet habitant de Viry. Côté Grigny, j'ai vu des riverains en ramasser, l'un m'expliquant que c'était pour éviter que son chat ne les mange. Ce n'est pas à eux de faire ça. Je n'ai jamais vu une gestion aussi désastreuse. »

Plusieurs poissons ont été retrouvés morts à la suite de la pollution détectée le 24 septembre dernier sur les lacs de l’Essonne. DR
Plusieurs poissons ont été retrouvés morts à la suite de la pollution détectée le 24 septembre dernier sur les lacs de l’Essonne. DR  

Jason Jouy, l'un des gardes-pêche bénévoles des lacs de l'Essonne, qui vient officiellement d'arrêter sa mission, est lui aussi désabusé. « Il y a un vrai ras-le-bol des pêcheurs, décrit-il. Ce site est l'un des plus prisés en Ile-de-France. En une semaine, il peut y avoir une cinquantaine de personnes qui viennent pratiquer leur passion ici. Ces deux pollutions ont eu un impact énorme sur la population piscicole et notamment sur les brochets, qui sont les rois des eaux douces. Nous avions la chance d'avoir de magnifiques spécimens dans ce lac, nous ne savons pas ce qu'il en reste désormais. Nous en avons retrouvé un mesurant près de 90 cm mort. Je m'étonne que les représentants de la Fédération nationale de la pêche en France n'aient pas déposé plainte. »

L'association L'Alliance des Lacs créée

S'il est impossible pour tous de quantifier le nombre de poissons morts à la suite de ces pollutions, le maire de Viry assure agir en toute transparence. « Il n'y a pas eu une centaine de poissons morts comme j'ai pu le lire sur les réseaux sociaux, maintient l'élu. Oui, nos agents de l'unité écologique des lacs (NDLR : en charge de l'entretien et de la surveillance du site) en ont ramassé, et c'est malheureux, mais nous sommes loin d'une catastrophe naturelle. Ce qu'il s'est passé est regrettable mais ce ne sont pas des hydrocarbures qui ont été déversés. »

Touchés par la situation, Aurélien Péroumal, élu d'opposition (LFI) à Viry, Neal Saunier et Janna Boubendir, élus d'opposition (sans étiquette) à Grigny ont décidé de monter l'association L'Alliance des Lacs avec comme objectif de porter des actions de protection autour du site. « En plus de ces deux pollutions, nous retrouvons de nombreux déchets autour de cet espace protégé, s'insurge Aurélien Péroumal. Nous voulons sensibiliser un maximum de personnes en organisant des rendez-vous réguliers de nettoyage. Nous voulons aussi associer les entreprises qui sont situées aux abords. »

De son côté, la municipalité de Grigny va lancer cette année son atlas de la biodiversité communale. L'idée est de recenser la faune et la flore présentes dans la ville et principalement autour du lac. « C'est un projet que nous voulons construire avec les citoyens, conclut Philippe Rio. Cette zone humide est exceptionnelle. Nous devons intervenir pour protéger cette pépite écologique. »

Poissons décimés : «Les algues absorbent tout l'oxygène et asphyxient le milieu aquatique»