«Ok un autre Kévin portugais» : la réponse d’OCS à sa candidature révolte cet habitant de Fleury

Kévin Pereira, 23 ans, a diffusé sur Twitter un mail envoyé par un employé la chaîne le ramenant à ses origines et à sa ville. La chaîne a «mis à pied» le salarié «à titre conservatoire».

 «Tu trimes pour faire les bonnes études, avoir les bonnes expériences pour atteindre tes objectifs que tu te fixes depuis des années. Et on s’arrête à ton nom et ton adresse ?» s’indigne Kévin, 23 ans.
«Tu trimes pour faire les bonnes études, avoir les bonnes expériences pour atteindre tes objectifs que tu te fixes depuis des années. Et on s’arrête à ton nom et ton adresse ?» s’indigne Kévin, 23 ans. DR

«Ok un autre Kevin portugais, en plus apparemment il est en prison.» Kévin Pereira, 23 ans, ne s'attendait pas à recevoir cette réponse moqueuse une minute après avoir envoyé sa candidature à la chaîne OCS. Le jeune homme, originaire de Fleury-Mérogis (Essonne), ville également connue pour sa maison d'arrêt, postulait comme assistant éditorial cinéma chez OCS, la plateforme vidéo d'Orange.

Le mail reçu par Kévin suite à sa candidature chez OCS./Twitter
Le mail reçu par Kévin suite à sa candidature chez OCS./Twitter  

Après avoir reçu par erreur ce «répondre à tous» de la part d'un employé des ressources humaines de la boîte (au lieu, sans doute d'un «transférer» destiné aux collègues de l'auteur), il a publié la capture d'écran du mail sur son compte Twitter, provoquant pas moins de 30 000 de retweets et des centaines de réactions.

«J'étais en colère quand je suis tombé là-dessus, raconte l'étudiant, joint ce jeudi. C'est un comportement inadmissible et un manque de professionnalisme incroyable. Au-delà de ça, ce sont des propos discriminatoires. S'il parle comme ça de moi, métis portugais, je n'ose pas imaginer ce qui arrive aux candidats noirs ou arabes lorsqu'ils candidatent…»

La chaîne lui a présenté ses excuses

Kévin s'étonne également de la rapidité de la réponse. «Il a transféré mon profil à ses collègues en une minute. Mon CV est blindé, ma lettre de recommandation fait une page. Il n'a pas dû la lire, vu sa longueur et le délai de réponse, et s'est arrêté à la case Contact de mon CV, déplore-t-il. Tu trimes pour faire les bonnes études, avoir les bonnes expériences pour atteindre tes objectifs que tu te fixes depuis des années. Et on s'arrête à ton nom et ton adresse ?»

Le jeune homme dispose d'un diplôme de master 2 en «digital, médias et cinéma» obtenu à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Il venait de terminer un premier stage de fin d'étude et en cherchait un autre lorsqu'il a envoyé cette candidature à OCS.

Contactée, la chaîne OCS «condamne ce comportement individuel, qui ne correspond en rien aux valeurs que nous portons». «Nous étudions les mesures disciplinaires appropriées, précise OCS. En attendant, ce salarié a été mis à pied à titre conservatoire.»

La directrice des ressources humaines de la chaîne OCS a appelé Kévin pour lui présenter ses excuses. «J'attends désormais qu'ils me recontactent pour me dire quelle sanction ils ont décidé de prendre», explique le jeune homme. Une enquête interne a été lancée.

Le soutien du porte-parole du gouvernement

«Si cette personne s'adresse à ses collègues de manière aussi décomplexée, c'est qu'ils ont l'habitude, s'est indignée une internaute en réponse au tweet de Kévin. La discrimination et le racisme n'ont pas de place dans une entreprise.» Une autre renchérit : «Je ne comprends pas comment un mec peut se baser juste sur le nom, la nationalité et l'adresse.»

C'est la première fois que Kévin Pereira subit un propos discriminatoire en rapport avec ses origines dans un contexte professionnel. Cet Essonnien habite depuis onze ans à Fleury-Mérogis. «On me dit souvent : Ah, c'est la ville où il y a une prison, mais juste sous forme de remarque, jamais négativement», note-t-il.

L'étudiant ne s'attendait pas au succès de sa publication en ligne. «Je l'espérais », précise-t-il. L'audience élevée du tweet lui a permis de récolter de nombreux soutiens en privé. «Mais aussi des personnes qui me proposent leur aide pour diffuser mon CV», ajoute celui qui recherche actuellement un stage dans le domaine des médias télévisés. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lui a notamment adressé son soutien.