Municipales en Essonne : c’est parti pour le second tour dans 33 communes

Tous les candidats ayant fait plus de 10 % au premier tour avaient jusqu’à ce mardi soir pour se déclarer. Nous faisons le tour des principaux points chauds du département.

 Brétigny-sur-Orge, mardi 2 juin 2020. Steevy Gustave et Sabrina Nouri ont déposé ensemble leur liste Brétigny avant tout.
Brétigny-sur-Orge, mardi 2 juin 2020. Steevy Gustave et Sabrina Nouri ont déposé ensemble leur liste Brétigny avant tout. DR

Les candidats des 33 communes* de l'Essonne qui doivent encore élire leur maire le 28 juin prochain, avaient jusqu'à ce mardi soir 18 heures pour déposer leur liste. Certains se sont retirés, d'autres ont fusionné. La préfecture n'a pas été en mesure de communiquer la liste des candidats se présentant devant les électeurs pour ce second tour. Motif invoqué : les listes doivent être contrôlées et validées par le préfet. Nous faisons néanmoins le point sur les principaux points chauds du département.

Droite et gauche divisées à Athis-Mons

Les dernières tractions, jusque tard dans la nuit n'auront pas abouti. Après plusieurs jours de négociations, Olivier Finel (LFI) et Jean-Jacques Grousseau (PS) ne sont pas tombés d'accord. « Nous avons voulu privilégier la cohérence de notre projet », assume ce dernier qui sort en tête du premier tour avec 33,64 % des voix. « Ils voulaient qu'on prenne le même bateau en nous laissant dans la soute et sans rame, lâche, plus amer Olivier Finel qui a obtenu 19,45 % des suffrages. Ils nous ont clairement demandé d'effacer nos valeurs, ce n'était pas acceptable. Nous lancions un appel au rassemblement de la gauche tandis qu'eux se focalisent sur les électeurs macronistes. » Du côté de la droite, aucun accord n'a été scellé. La maire (LR) sortante Christine Rodier (31,35 %) avait de toute façon déposé sa liste dès l'issue du premier tour. Après une longue réflexion Julien Dumaine (DVD) a lui aussi choisi de se maintenir. « Avec presque 62 % d'abstentions, il y a encore beaucoup d'incertitude. La campagne est repartie. »

Un « ajustement technique » à Brétigny-sur-Orge

La fusion entre les listes de Steevy Gustave (EELV) et de Sabrina Nouri (DVG) a été officialisée ce mardi matin. Sabrina Nouri et Nadia Mokrani ont rejoint l'équipe de Brétigny avant tout. « Je ne vois pas ça comme une fusion, j'ai toujours été contre les tambouilles politiciennes, mais comme un ajustement technique, assure Steevy Gustave qui a obtenu 40, 73 % au premier tour. Nous avons appris à nous connaître durant la gestion de crise, j'ai vu ces deux femmes œuvrer sur le terrain, je sais pouvoir compter sur elles. » Pour Sabrina Nouri, l'objectif était « d'en finir avec la politique d'austérité menée depuis six ans par l'équipe en place ». Une alliance qui mathématiquement les place en tête puisque, à eux deux, ils obtiennent 52,66 % des voix, contre 43,26 % pour le maire sortant, Nicolas Méary (UDI). « On ne peut pas parler de fusion ou de rassemblement quand la majorité de liste de Sabrina Nouri a voté contre cette union, estime ce dernier. Il s'agit plus d'un débauchage de tête de liste. »

Incertitude à Corbeil-Essonnes

Trois listes s'affronteront. Le printemps de Corbeil, emmené par Bruno Piriou (DVG), arrivé en tête avec 34,06 %, a fusionné peu après le premier tour avec la liste de Martine Soavi, qui a réalisé 6,56 %. En face, le maire sortant, Jean-Pierre Bechter (LR), deuxième avec 30,41 %, a récupéré son adjoint dissident, Jean-Pierre Bayle (LR) et 17 membres de sa liste, qui était à 16,09 %. On se dirige donc vers un deuxième tour des plus incertains.

Trois listes à Dourdan

Sur les cinq listes en lice au 1er tour, trois se présenteront de nouveau devant les électeurs dans quelques semaines. Celle menée par la maire (PS) sortante Maryvonne Boquet était arrivée en tête avec 32,11 % des suffrages exprimés, quelques dizaines de voix devant Paolo de Carvalho, 31,11 %, investi par LREM. Avec 17,94 %, Fabrice Baron et la liste Dourdan au cœur donnent aussi rendez-vous aux électeurs le 28 juin.

LR LFI et LREM en ballottage à Étampes

Les trois candidats du premier tour se maintiennent. L'ancien maire et député Franck Marlin (LR) a obtenu 48,86 % des suffrages. « Ce n'est pas vraiment un deuxième tour, confie-t-il. On repart de zéro, il faut relancer toute la campagne. Nous devons aller chercher les voix, il faut remotiver l'électorat. » Face à lui, le conseiller municipal d'opposition Mathieu Hillaire (LFI), 27,44 % des voix et la candidate LREM Clotilde Douard, 23,69 % des suffrages.

Un duel pour trois voix aux Ulis

Le second tour se jouera autour d'un duel entre la liste « Alternative républicaine et citoyenne », menée par la maire (sans étiquette) Françoise Marhuenda, et « Osons Les Ulis », menée par Clovis Cassan (PS) qui a raté l'élection dès le premier tour pour trois petites voix. Ce dernier a scellé un accord avec la liste « Ulis citoyens 2020 », menée par Gabriel Laumosne (PCF). « La décision n'a pas été simple à prendre au sein du collectif, indique ce dernier. En cas de victoire, nous aurons notre autonomie de vote et nous serons particulièrement attentifs aux questions de démocratie. » Mathématiquement, ces deux listes totalisent 60,62 % des voix au premier tour (49,96 % pour Osons Les Ulis). La liste de la maire sortante avait convaincu 36,09 % des électeurs.

Vaste choix pour les électeurs de Linas

Les électeurs auront de nouveau le choix entre cinq listes. De nombreuses tractations ont eu lieu entre les candidats, qui ont été incapables de s'entendre. Les électeurs auront le choix entre Christian Lardière (DVD), opposant historique à l'ex-maire inéligible François Pelletant, qui a fini en première place avec un peu plus de 28 % des voix. Ludovic Hertz (DVD), arrivé deuxième (24,09 %), Rui Matias (18,37 %), dont le directeur de campagne n'est autre que… François Pelletan, Mireille Cuniot-Ponsard (17,26 %) et Eric Fiévet (12,13 %).

Pas d'alliance possible à Savigny-sur-Orge

Sur les sept listes présentes - le record pour ces élections en Essonne -, quatre se maintiennent pour le second tour. « Aucune d'entre elles ne peut s'entendre pour une alliance », précise Jean-Marc Defrémont (EELV) arrivé en tête du scrutin avec 25,86 % devant le maire sortant, Eric Mehlhorn (LR) et ses 23,80 % et Alexis Izard (LREM) à 21,84 %. « Une approche a eu lieu avec David Fabre (9,67 %) mais il y a trop de distance entre notre parti et l'UDI », précise le candidat vert. Du coup, David Fabre appelle à l'abstention et annonce « déposer un recours pour faire annuler le vote ». Olivier Vagneux (sans étiquette), quatrième avec ses 12,68 %, assure sur son compte Facebook être « le seul à pouvoir empêcher la réélection d'Eric Mehlhorn ».

*Athis-Mons, Bondoufle, Bouray-sur-Juine, Brétigny-sur-Orge, Corbeil-Essonnes, Crosne, Dourdan, Echarcon, Épinay-sous-Sénart, Épinay-sous-Orge, Étampes, Étréchy, Forges-les-Bains, Itteville, Juvisy-sur-Orge, Lardy, Linas, Lisses, Marolles-en-Beauce, Milly-la-Forêt, Montlhéry, Morangis, Morsang-sur-Orge, Nozay, Roinville-sous-Dourdan, Saint-Pierre-du-Perray, Saintry-sur-Seine, Savigny-sur-Orge, Verrières-le-Buisson, Vert-le-Petit, Villiers-sur-Orge, Wissous, Les Ulis.