Montgeron : 5 et 8 mois de prison avec sursis pour avoir provoqué un accident et pris la fuite

Le couple avait blessé un autre automobiliste et avait quitté les lieux sans se soucier de sa santé. Ils ont été condamnés ce jeudi soir par le tribunal correctionnel d’Evry.

 Evry-Courcouronnes. La conductrice avait perdu son permis après une conduite en état d’ivresse.
Evry-Courcouronnes. La conductrice avait perdu son permis après une conduite en état d’ivresse. LP/S.M.

Lors de cet accident, ce couple a fait tout ce qu'il ne faut pas faire. Ce jeudi, Fatima, 31 ans a été condamnée à 8 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d'Évry pour avoir provoqué un accident et blessé un autre conducteur, alors que son permis lui avait été retiré. Son compagnon, Jad, 31 ans, a lui été condamné à 5 mois de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger.

L'accident remonte au soir du 31 août 2018 à Montgeron. Une Mercedes roulant trop vite rate son virage, faisant crisser les pneus, se déporte sur la voie opposée et percute de plein fouet une Twingo arrivant en face. Le choc est violent. Jad descend de la Mercedes et se dirige vers la victime, mais ne lui adresse pas un mot. La seule chose que le conducteur percuté se souvient d'avoir entendue, c'est : « on est dans la merde ». Puis le couple arrête une voiture et quitte les lieux.

La victime avait été désincarcérée

La victime, un homme de 53 ans, a dû être désincarcérée et sortie par le coffre de la voiture. Touché à l'épaule et aux cervicales, il s'est vu prescrire une incapacité totale de travail de 5 jours, mais souffre encore aujourd'hui de douleurs, affirme son avocat.

Le lendemain, une femme, anonyme, appelle le commissariat pour dire que c'est son conjoint qui conduisait et qu'il va venir, puis raccroche. Une version qu'ils maintiendront pendant longtemps, avant que Jad reconnaisse que, comme l'affirment la victime et un témoin, c'est bien Fatima qui conduisait.

À la barre, les deux prévenus, qui se sont depuis séparés, ont du mal à accorder leurs violons et se tirent dans les pattes. « Je ne voulais pas partir », affirme Jad… ce que prétend aussi son ex-compagne. « J'étais mal, prête à m'évanouir », assure Fatima. « Les témoins disent qu'ils partent en courant. Pour quelqu'un qui est mal… », s'agace la substitut du procureur.

« Sur le coup, j'ai réfléchi à moitié »

Le tout sans avertir les secours ni laisser de coordonnées. « Il y avait quelqu'un qui a appelé les secours et un motard qui était pompier sur place. Sinon, jamais je ne serais parti », assure Jad. « Vous partez soi-disant pour aller à l'hôpital, alors qu'il y a un pompier sur place et que les secours vont arriver ? », s'étonne la juge. « Sur le coup, j'ai réfléchi à moitié, répond Jad. On est rentrés à la maison pour chercher les papiers, la carte Vitale. Finalement elle ne voulait plus aller à l'hôpital. Et aussi parce qu'elle avait bu, un peu ».

« Je n'avais pas bu ! », s'exclame Fatima, dont le permis avait sauté pour une conduite sous l'empire d'un état alcoolique en 2016. Et les deux ex de continuer à se débiner, chacun invoquant un chantage de la part de l'autre au moment de séparer pour expliquer les mensonges à propos de qui conduisait.