Les habitants de Savigny-sur-Orge réclament plus de sécurité près des lycées

Ce samedi, parents d’élèves et riverains étaient réunis, place Davout, pour réclamer davantage de sécurité aux abords de la gare et des établissements scolaires.

 Une soixantaine d’habitants étaient réunis ce samedi à Savigny afin de demander davantage de moyens pour sécuriser les abords des lycées et de la gare.
Une soixantaine d’habitants étaient réunis ce samedi à Savigny afin de demander davantage de moyens pour sécuriser les abords des lycées et de la gare. LP/Florian Garcia

« C'est simple, ma fille qui est au lycée ne veut plus traverser seule le quartier de la gare. » Pancarte à la main, Sandrine, 52 ans, milite pour le retour de la sécurité à Savigny-sur-Orge. Ce samedi matin, elle est venue gonfler les rangs de la soixantaine de manifestants réunis place Davout.

« Nous habitons entre les lycées Monge et Corot, poursuit-elle. Mon aînée se fait siffler par des bandes alcoolisées quand elle passe devant la gare, il est même arrivé qu'elle soit suivie. Il faut faire quelque chose. »

«Ça ne peut plus durer»

Autre problème, les vols avec violence qui visent les adolescents sont en pleine expansion. « La semaine dernière, après avoir été agressé, un jeune garçon a frappé chez moi pour récupérer les images de vidéosurveillance prises depuis mon domicile. Ça ne peut plus durer, on n'est pas à Chicago ici. Tout ce que nous demandons, c'est une présence policière lors des entrées et des sorties des établissements scolaires. »

Frédéric, l'organisateur de ce rassemblement, s'immisce dans la conversation : « Notre démarche est citoyenne, assure-t-il. Nous avons voulu sonder les habitants car nous pensons que la mairie est dans le déni. On a l'impression qu'ils pédalent pour rattraper le retard. » Conseiller municipal d'opposition, Christophe-Reynald Michel (LREM), a lui aussi fait le déplacement. « Un collectif s'est monté près de la gare, détaille-t-il. Mais rien ne bouge… »

Protection renforcée près des lycées

« Avec cette manifestation, l'opposition municipale a voulu faire un coup, rétorque le maire Jean-Marc Defrémont (EELV), présent lors du rassemblement. Entre les lycées et la gare, ce quartier est extrêmement fréquenté. Rien que les élèves, cela représente 4 000 personnes. J'ai saisi le préfet pour obtenir des garanties et juguler ce problème. » Parmi les pistes envisagées : l'allongement des horaires de la police municipale, le déménagement de ses locaux de quelques centaines de mètres, le renforcement de la vidéosurveillance et la demande de policiers supplémentaires.

Face à la recrudescence des vols autour des lycées, des effectifs de la brigade de sûreté territoriale de Juvisy-sur-Orge, d'ordinaire dédiés aux quartiers prioritaires de Grigny, ont d'ores et déjà été déployés pour surveiller les abords des établissements scolaires.