La Fête des plantes de Saint-Jean-de-Beauregard, «un bol d’air» qui attire déjà les foules

Le domaine de Saint-Jean-de-Beauregard accueille depuis vendredi, et jusqu’à dimanche, l’édition automne 2020 de ce rendez-vous très attendu. Un rattrapage pour les amateurs de jardin, car celle du printemps avait été annulée.

 Saint-Jean-de-Beauregard (Essonne), le 25 septembre 2020. Elle devait initialement avoir lieu au printemps, comme chaque année depuis plus de trente ans. Mais en raison de la crise sanitaire, la Fête des plantes se tient à l’automne, jusqu’à dimanche.
Saint-Jean-de-Beauregard (Essonne), le 25 septembre 2020. Elle devait initialement avoir lieu au printemps, comme chaque année depuis plus de trente ans. Mais en raison de la crise sanitaire, la Fête des plantes se tient à l’automne, jusqu’à dimanche. LP/Cécile Chevallier

Bruno repart le coffre rempli de clématites, de rosiers et de fougères. Cet habitant de Dourdan (Essonne) n'aurait raté « pour rien au monde » l'édition automne de la Fête des plantes de Saint-Jean-de-Beauregard. Comme des centaines d'autres personnes, il s'est rendu au domaine dès l'ouverture de l'événement ce vendredi matin. Les visiteurs à la main verte ou les simples curieux sont attendus jusqu'à dimanche.

« J'étais tellement frustré que l'édition du printemps soit annulée à cause du confinement (NDLR : prévue du 24 au 26 avril, elle avait été reportée du 4 au 6 juin, puis annulée), confie Bruno. Je ne craignais qu'une chose, que celle d'automne subisse le même sort. Jardiner a toujours été un plaisir. Avec cette épidémie qui nous plombe le moral, j'en ai encore plus besoin. La Fête des plantes de Saint-Jean-de-Beauregard c'est un vrai bol d'air. »

«C'est une institution, et le public y est très fidèle»

Un enthousiasme qui fait chaud au cœur pour les quelque 200 exposants présents. « Le confinement est tombé en mars-avril, la période de l'année la plus importante pour nous, témoigne un pépiniériste. Nous avons subi de très lourdes pertes. Nous avions donc tous hâte de nous retrouver à Saint-Jean. C'est une institution, et le public y est très fidèle. »

A la Fête des plantes, on trouve aussi des arbres fruitiers. LP/C.Ch.
A la Fête des plantes, on trouve aussi des arbres fruitiers. LP/C.Ch.  

Cette édition le prouve une nouvelle fois. Trente minutes après l'ouverture des grilles du domaine ce vendredi, la fête des plantes battait déjà son plein. Les visiteurs ont juste ajouté un masque à leur panoplie composée d'un chariot pour transporter les plantes achetées, les bottes, l'imperméable et la petite laine pour faire face à toutes les intempéries.

La jauge de visiteurs fixée à 5000 et des mesures sanitaires mises en place

A l'entrée, il faut aussi se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique. Des panneaux indiquent un sens de la visite pour éviter des flux qui se croisent. « Nous avons quasiment le même nombre d'exposants que d'habitude, plus de 200, détaille Cécilia Aranda, responsable de la communication et du développement touristique du domaine. Sauf une dizaine de Belgique, qui ont dû annuler leur venue la semaine dernière compte tenu de mesures renforcées entre les deux pays. »

Les annonces gouvernementales d'Olivier Veran mercredi dernier n'ont rien remis en cause pour la fête des plantes. « Les restrictions énoncées ne nous concernent pas car l'Essonne est en grande couronne, poursuit Cécilia Aranda. Nous restons donc sur les mesures précédentes. A savoir une jauge de 5 000 personnes. Nous pouvons atteindre sur trois jours une fréquentation de 20 000 personnes. Mais nous n'avons jamais 5 000 personnes en même temps. Les gens arrivent, font leur petit tour, leurs achats, puis repartent, c'est très fluide. »

Le service sécurité a, comme l'a demandé la préfecture, déployé un système de comptage à l'entrée et à la sortie, afin de s'assurer que la jauge des 5 000 visiteurs n'est pas atteinte. Si l'engouement ressenti dès l'ouverture se poursuit ce week-end, la fête des plantes pourrait connaître une fréquentation record.

Dès l’ouverture ce vendredi, l’événement a attiré de nombreux visiteurs. Un engouement qui devrait se poursuivre ce week-end. LP/C.Ch.
Dès l’ouverture ce vendredi, l’événement a attiré de nombreux visiteurs. Un engouement qui devrait se poursuivre ce week-end. LP/C.Ch.  

« Nous sommes très agréablement surpris du nombre de personnes présentes dès le début, souligne Cécilia Aranda. En même temps, nous ne sommes pas surpris car depuis plusieurs jours nous recevons beaucoup d'appels, de mails, de messages sur les réseaux sociaux de personnes qui veulent être sûres que ce n'est pas annulé. »

Yann et Sylvie, un couple de cinquantenaires venu des Hauts-de-Seine, savoure son plaisir. « Ils ont de la chance d'être en grande couronne, sourient-ils. A quelques kilomètres près, ils seraient tombés sous le couperet. Ça fait du bien d'acheter des plantes, on se change les idées dans un contexte tellement anxiogène. En plus, tout le monde porte le masque, on est en plein air. Les risques semblent très limités, mais le plaisir des yeux, quand on a la main verte, est immense. »

Fête des plantes à Saint-Jean-de-Beauregard, rue du Château. Jusqu'au dimanche 27 septembre, de 10 heures à 18 heures. Entrée : 14 euros, gratuit pour les moins de 18 ans. Pour du masque obligatoire.

Renseignements sur le site Internet de l'événement : https://www.chateaudesaintjeandebeauregard.com/les-rendez-vous/fete-des-plantes-dautomne/

Que planter en ce moment ?

LP/C.Ch.
LP/C.Ch.  

L'automne est la saison du jardinier. C'est l'époque idéale pour planter, car les végétaux vont prendre tous les nutriments dont ils ont besoin pour passer l'hiver et éclater de beauté dès le printemps. On en profite aussi pour tailler les plantes grimpantes, enlever les fleurs fanées, les feuilles mortes…

Depuis quelques années, il faut aussi faire avec une météo compliquée. Bruno Derozier, de la pépinière la Criste marine, vend des végétaux « résistants à la sécheresse ». « En France, on focalise beaucoup sur la floraison, explique-t-il. Il faut que les mentalités évoluent. Qui dit fleur dit besoin d'eau. Il vaut mieux se concentrer sur des plantes au feuillage varié. »

Le pépiniériste poursuit : « Ces plantes offrent l'avantage de durer quasiment toute l'année, avec des variations de couleurs, tandis que les plantes fleuries ne durent qu'une petite partie de l'année. On va avoir les grandes familles des armoises, des cistes, des santolines, bref des végétaux originaires du pourtour méditerranéen. Il suffit d'avoir un sol drainant (NDLR : avec des cailloux, des graviers mélangés à la terre), et planter plutôt sur une butte que dans une cuvette, pour ne pas avoir d'eau stagnante ».