Karine Ferri : «Prendre un animal chez soi, c’est une responsabilité, ce n’est pas une peluche»

Animatrice sur TF1, Karine Ferri met sa notoriété au service de la cause animale. Elle aide plusieurs associations et refuges pour chiens et chats notamment, dont l’Arpa en Essonne.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Karine Ferri se mobilise beaucoup pour les animaux, notamment pour le refuge Arpa en Essonne. Elle est aussi la maîtresse de Dolmen, une chienne labrador.
Karine Ferri se mobilise beaucoup pour les animaux, notamment pour le refuge Arpa en Essonne. Elle est aussi la maîtresse de Dolmen, une chienne labrador. @instagram/Marie-Paola Bertrand-Hillion

Sur son Instagram, Karine Ferri affiche la couleur d'emblée : l'animatrice de TF1 se présente comme « maman de deux enfants » et « amoureuse des animaux ». Ses 704 000 abonnés semblent autant apprécier ses clichés pris lors de l'enregistrement de ses émissions « The Voice », « Danse avec les stars » ou encore le loto que ses photos où elle pose avec sa chienne ou son chat. Ses « amis » à quatre pattes sont dans la lumière contrairement à ses deux enfants qu'elle ne montre jamais. Karine Ferri est une animatrice très engagée pour la cause animale.

Quelle place occupent les animaux dans votre vie ?

KARINE FERRI. Les animaux, tout particulièrement les chiens, sont mes meilleurs amis, je me sens bien avec eux. Avec mon mari (NDLR : le footballeur Yoann Gourcuff), nous avons une chienne, Dolmen, et un chat, Menhir. Mon beau-père a quatre chiens, notre voisin en a deux… Nous sommes donc entourés par beaucoup d'animaux.

En plus d'en avoir chez vous, vous vous impliquez pour des animaux sans foyer ?

J'aide plusieurs refuges, dont l'Arpa en Essonne. J'ai déjà payé des opérations pour plusieurs chiens placés en refuge. J'aide aussi une association aux Etats-Unis qui sauve des chiens destinés à être envoyés en Chine pour finir en viande. Je verse de l'argent tous les mois, par prélèvement, à 30 millions d'amis. Et j'envoie régulièrement aux refuges des couvertures, des jouets, des croquettes, des harnais…

Sur vos réseaux sociaux, vous relayez aussi des messages pour la cause animale, contre les abandons…

Newsletter L'essentiel du 91
Un tour de l'actualité de l'Essonne et de l’Île-de-France
Toutes les newsletters

Oui, c'est important d'éduquer, les enfants surtout qui seront les adultes de demain. Quand on décide de prendre un animal chez soi, c'est une responsabilité, un engagement. Ce n'est pas une peluche. Cela prend de la place, cela entraîne des changements de vie. Avec mon mari par exemple, on ne prend plus l'avion car on ne veut pas que notre chienne aille en soute. Ce sont des choix qu'il faut avoir en tête.

Que dire à ceux qui ne peuvent pas aider, comme vous, les refuges ou associations ?

On peut aussi donner un coup de main sur place, directement. Aller caresser les animaux, leur faire des câlins… Les bénévoles accomplissent une mission remarquable. C'est très beau de donner un peu de son temps pour ces animaux recueillis. Je leur suis très reconnaissante.

Avez-vous déjà adopté ?

Pas encore. Il y a huit ans, nous avons acheté Dolmen dans un élevage, comme beaucoup de familles. Depuis, nos mentalités ont évolué. Il y a encore 15 jours, j'appelais le refuge pour envisager une adoption. Mais nous avons des enfants en bas âge. Le refuge préfère qu'on attende qu'ils grandissent pour ne courir aucun risque car l'adaptation n'est pas toujours facile. Mais c'est sûr, le prochain chien de la maison sera adopté.