Insécurité aux abords des lycées à Savigny-sur-Orge : « On préfère éviter certaines rues »

Après la multiplication de faits de racket et d’agressions commis sur des élèves ces derniers mois, élus et parents demandent le renforcement des moyens de sécurité.

 Savigny-sur-Orge, vendredi 12 février 2021. Plusieurs élèves du lycée Monge de Savigny-sur-Orge ont été agressés aux abords de l’établissement par des bandes de jeunes.
Savigny-sur-Orge, vendredi 12 février 2021. Plusieurs élèves du lycée Monge de Savigny-sur-Orge ont été agressés aux abords de l’établissement par des bandes de jeunes. LP/Nolwenn Cosson

Vols de portable, d'écouteurs, de vêtements de marque… Depuis fin 2020, agressions et rackets sont devenus le quotidien aux abords des lycées Monge et Corot de Savigny-sur-Orge.

Plusieurs élèves ont été violemment pris à partie par des bandes de jeunes qui se volatilisent aussi rapidement qu'ils sont arrivés, les établissements étant situés à proximité des gares RER et routière de la commune. Et cela à toute heure de la journée.

Face à cette recrudescence de l'insécurité, la municipalité a organisé ce vendredi une réunion entre parents d'élèves, chefs d'établissement et forces de l'ordre. « Un gamin de 15 ans s'est fait défoncer en pleine rue par des jeunes. Il a eu 10 jours d'ITT (Incapacité temporaire de travail). Sans parler du traumatisme, témoigne une mère de famille. Des moyens doivent être rapidement mis en place pour éviter que cela ne se reproduise. »

Le préfet appelé à intervenir

Conscient du problème, Jean-Marc Defrémont, le maire (EELV), s'engage à allonger les horaires de la police municipale et à demander auprès de l'intercommunalité le déploiement de nouvelles caméras de surveillance. Des moyens qui doivent s'accompagner, aux yeux de l'élu, d'un renforcement des effectifs de la police nationale. Un courrier en ce sens vient d'être adressé au préfet de l'Essonne.

Jean-Marc Defrémont (au micro), le maire (EELV) a organisé ce vendredi une réunion avec les parents d’élèves, les chefs d’établissements et les forces de l’ordre. LP/Nolwenn Cosson
Jean-Marc Defrémont (au micro), le maire (EELV) a organisé ce vendredi une réunion avec les parents d’élèves, les chefs d’établissements et les forces de l’ordre. LP/Nolwenn Cosson  

« Pour arrêter ce phénomène, il faut pouvoir remonter jusqu'au lieu de regroupement de ces bandes, estime l'élu. Ce travail d'investigation suivi d'interpellations ne peut être fait que par la police nationale. Notre police municipale à d'autres prérogatives, c'est pourquoi je demande au préfet de tout mettre en œuvre pour rétablir la sécurité publique dans les plus brefs délais. »

Un rassemblement de parents prévu ce samedi matin

De son côté, le commissaire des huit villes autour de Juvisy-sur-Orge, dont Savigny, assure travailler activement pour mettre fin à ces agressions. Cinq personnes, âgées entre 16 et 18 ans, ont déjà été interpellées. « Le problème c'est que les victimes, comme les témoins, ont souvent dû mal à identifier leurs agresseurs, précise-t-il. Cela complique notre travail d'autant plus que ces jeunes sont très mobiles et n'habitent pas forcément sur la commune. »

Interrogé, Thierry Ferré, directeur départemental de la sécurité publique de l'Essonne, rappelle qu'à Savigny, comme ailleurs, une patrouille de police secours 24 heures sur 24 est en place. « À la suite de cette légère hausse de la délinquance, nous avons mis à disposition des effectifs de la brigade de sûreté territoriale de Juvisy, d'ordinaire dédiés aux quartiers prioritaires de Grigny, pour surveiller les abords des lycées », complète-t-il.

Newsletter L'essentiel du 91
Un tour de l'actualité de l'Essonne et de l’Île-de-France
Toutes les newsletters

Pour faire entendre leurs inquiétudes, plusieurs habitants se rassembleront ce samedi matin place Davout. « Ces faits de rackets s'accentuent depuis le mois de janvier. Depuis, de nombreuses personnes préfèrent éviter certaines rues, car elles ne sont plus assez fréquentables. C'est incompréhensible, on doit réagir, martèle Christophe-Reynald Michel, élu (LREM) d'opposition. Les habitants sont excédés par ce climat d'insécurité. »