Evry-Courcouronnes : une centaine de personnes sont venues admirer le tableau de Picasso

Prêté ce samedi à la ville d’Evry par le centre Pompidou, la « Nature morte au bougeoir » a attiré familles et enfants à l’espace culturel Simone Signoret. D’autres œuvres suivront.

 Evry-Courcouronnes, ce samedi 26 septembre 2020. L’œuvre « Nature morte au bougeoir », de Pablo Picasso, était exposée une journée au centre culturel Signoret.
Evry-Courcouronnes, ce samedi 26 septembre 2020. L’œuvre « Nature morte au bougeoir », de Pablo Picasso, était exposée une journée au centre culturel Signoret. LP/B.S

Pour en profiter, il fallait bloquer son samedi. Le tableau de Pablo Picasso, « Nature morte au bougeoir », était exceptionnellement exposé ce samedi à l'espace culturel Simone Signoret, à Evry-Courcouronnes. Une initiative du Centre culturel Georges Pompidou, à Paris, qui a prêté l'œuvre du célèbre peintre à la ville l'espace d'une journée.

Et l'exposition a eu du succès. Selon une organisatrice, plus de 70 personnes, dont le maire (SE) d'Evry-Courcouronnes, Stéphane Beaudet, ont assisté à la conférence de Christian Briend, conservateur du musée venu expliquer l'œuvre ce samedi après-midi. Au total, plus d'une centaine de personnes se sont déplacées durant la journée. Un succès pour Medhy Zeghouf, adjoint à la culture de la ville. « Nous avons eu du monde malgré le fait de ne pas avoir fait une publicité monstrueuse. Du fait du Covid, nous ne pouvions avoir trop de monde en même temps. » La majorité du public, dont de nombreuses familles venues avec leurs enfants participer à des ateliers pour les initier aux techniques de l'artiste, était d'Evry-Courcouronnes.

Quatre autres prêts d'ici 2022

Mais pas que. Catherine a fait le déplacement de Paris pour admirer le tableau : « C'est une idée géniale ! salue-t-elle. L'œuvre semble tout d'un coup très accessible. C'est sympa de faire sortir les tableaux du musée. Et c'est culotté, regardez, il n'y a même pas de vigiles ! » Ce tableau, le voilà : un bougeoir de laiton doré et sa bougie, une cafetière, un verre, une tasse dans sa soucoupe, une orange. Le tout posé sur une table à la nappe blanche. Le style de Pablo Picasso frappe immédiatement. Le maître espagnol l'a peint le 8 avril 1944.

La venue de Picasso dans un quartier populaire a été rendue possible grâce à la signature en décembre 2019 d'une convention de trois ans entre cette commune de grande couronne et ce musée parisien. Cette toile est la première à inaugurer ce partenariat, intitulé « Sortir du cadre ».

Au moins quatre autres sculptures ou tableaux du Centre Pompidou devraient également faire le déplacement d'ici 2022, dans différents lieux de la ville, pour une journée chacun. « Nous allons ouvrir en 2025 une annexe à Massy, dans le même département, indique Catherine Guillou, directrice des publics au Centre Pompidou. Et nous allons entamer un certain nombre d'actions en Essonne à titre de préfiguration pour nous familiariser mutuellement ». Le Picasso en était la première étape.