Evry-Courcouronnes : Stéphane Beaudet devient le premier maire élu de la ville nouvelle

À la tête de Courcouronnes depuis 2001, Stéphane Beaudet avait pris les rênes de cette commune nouvelle en janvier 2019 après la fusion avec Évry. Ce jeudi, il a été officiellement élu maire.

 À Evry-Courcouronnes, le 28 mai 2020. Stéphane Beaudet a été élu maire de la commune nouvelle par le nouveau conseil municipal. Il avait recueilli 54,78 % des voix lors du premier tour le 15 mars dernier.
À Evry-Courcouronnes, le 28 mai 2020. Stéphane Beaudet a été élu maire de la commune nouvelle par le nouveau conseil municipal. Il avait recueilli 54,78 % des voix lors du premier tour le 15 mars dernier. LP/PAULINE DARVEY

« Je vais vous surprendre. » Ce jeudi, en fin d'après-midi, Stéphane Beaudet (sans étiquette) vient tout juste d'être élu maire d'Evry-Courcouronnes par le nouveau conseil municipal de la commune.

Dans la salle du conseil de l'hôtel de ville, debout face aux 54 élus, l'ancien maire de Courcouronnes, qui avait pris les rênes de la commune nouvelle après sa création en janvier 2019, marque une pause. « J'ai pensé à demander à tout le conseil municipal de démissionner car je considère qu'on a volé la démocratie aux électeurs », poursuit celui qui a remporté l'élection avec 54,78 % des voix lors du premier tour.

L'abstention grande gagnante

En filigrane : l'abstention record de ce scrutin qui a dépassé les 72 % à Evry-Courcouronnes, contre une moyenne nationale de 55,25 %. Un chiffre qui s'explique, entre autres, par le contexte sanitaire dans lequel s'est déroulé ce vote. À l'avant-veille du confinement, dans toute la France, de nombreux électeurs ne se seraient pas rendus aux urnes, par crainte des risques de contamination liés au Covid-19.

LIRE AUSSI > Élus contaminés et premier tour des élections municipales : « Si c'était à refaire… »

Un motif légitime pour annuler l'élection? « J'y ai beaucoup réfléchi, reprend l'élu, écharpe tricolore autour du cou. Mais je me suis dit que dans ce contexte, à la façon dont la crise est en train de nous frapper de plein fouet, il n'était pas temps de se jeter à nouveau dans une bataille municipale. En conscience, je me suis donc dit qu'il fallait se résoudre à avoir un mandat qui pourrait souffrir de procès en illégitimité. »

L'ancien maire d'Évry, Manuel Valls a félicité Stéphane Beaudet sur Twitter

Une « abstention grande gagnante de ces élections » qui a également été soulignée par les chefs de file des trois groupes d'opposition : Samir Benamara (ex-Front de gauche) dont la liste avait obtenu 24,43 % et 6 sièges, Bénédicte Lesieur, sympathisante socialiste, dont la liste avait remporté 11,87 % des suffrages et 3 sièges et Cécile Mukendi-Papa (ex PS) dont la liste avait recueilli 8,92 % des voix et deux sièges.

Danielle Valero a, par ailleurs, été élue première adjointe. Une fonction qu'elle occupait déjà depuis 2017 à Évry et depuis janvier 2019 au sein de la ville nouvelle d'Evry-Courcouronnes.