Essonne : un pompier en intervention échappe de peu à un coup de couteau

L’agresseur le filmait avec insistance alors qu’il tentait d’éteindre un feu de véhicule à Lisses. Cette agression intervient trois mois après celle du pompier touché par balles à Etampes.

 ILLUSTRATION. Le pompier a été agressé en pleine intervention par un homme qui le filmait avec insistance.
ILLUSTRATION. Le pompier a été agressé en pleine intervention par un homme qui le filmait avec insistance. LP/F.G

Il ne doit vraisemblablement son salut qu'à l'intervention de ses collègues. Dans la nuit de dimanche à lundi, un sapeur-pompier affecté à la caserne de Corbeil-Essonnes a été victime d'une tentative d'agression au couteau en pleine intervention.

Vers une heure du matin, les soldats du feu sont envoyés sur un feu de véhicule léger à Lisses, rue de la Closerie. « Les pompiers ont été filmés par un tiers, explique le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de l'Essonne. La personne qui filmait s'est montrée très pressante, et s'est approchée du visage du chef d'agrès, qui l'a repoussé. »

La discussion se serait envenimée, jusqu'à ce que l'homme se saisisse d'un couteau et tente d'asséner un coup au pompier, de dos. Ses collègues, qui ont assisté à la scène, ont maîtrisé l'agresseur avant qu'il ne puisse toucher sa cible. Il a ensuite été interpellé par les gendarmes et placé en garde à vue pour violences sur personne chargée de mission de service public.

Choqués, deux pompiers de Corbeil-Essonnes se sont mis en arrêt, selon une source syndicale. Dont la cible du coup de couteau, qui a déposé plainte. « Un accompagnement psychologique a été mis en place », précise le Sdis.

« Ça ne tenait vraiment pas à grand chose, s'alarme Alexandre Prunet, du syndicat Spasdis-CFTC. C'est inacceptable, nous condamnons fermement cette agression ». Selon Alexandre Prunet, les pompiers de la caserne de Corbeil-Essonnes sont régulièrement la cible d'agressions verbales et physiques. « Un pompier a eu le doigt cassé cet été », affirme-t-il.

Un pompier déjà touché par balles cet été

Cette tentative de coup de couteau intervient surtout trois mois après l'agression par balle d'un pompier en intervention à Etampes, le soir du 14 juillet. Alors qu'il s'employait à éteindre un incendie de voiture, un sapeur-pompier avait été touché au mollet par un petit calibre. Le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'était rendu sur place dans le quartier Guinette.

Le ministre a récemment diffusé une circulaire aux préfets au sujet des violences contre les pompiers. « Un observatoire national doit aussi voir le jour bientôt, indique Alexandre Prunet. Il y a des choses qui se font, même si pour l'instant, ça ne suffit pas ».

Cette nouvelle agression interroge, une fois de plus, sur l'efficacité du protocole d'intervention police-pompier dans l'Essonne signé en septembre 2019. « Il faut faire évoluer les consignes opérationnelles, estime Jean-Christophe Cantot, secrétaire adjoint de la CGT du Sdis 91. Actuellement, sur un feu de véhicule, nous avons l'obligation de l'éteindre, même sans forces de l'ordre. Nous sommes d'accord pour faire une reconnaissance, mais pour l'extinction, cela doit se faire uniquement sur un site sécurisé s'il n'y a pas de risque de propagation. »

Dans un tweet, ce lundi, le président (LR) du département, François Durovray, a de son côté dénoncé « des actes intolérables pour ceux qui nous protègent au quotidien ».