Essonne : Mennecy, ville labellisée «amie des animaux»

La commune vient de se voir attribuer ce tout nouveau label lancé par la région Ile-de-France, en obtenant directement la meilleure note avec félicitations du jury.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Mennecy, le 14 janvier 2021. Des poules et des oies ont été installées à la résidence municipale pour seniors Edouard-Gauraz.
Mennecy, le 14 janvier 2021. Des poules et des oies ont été installées à la résidence municipale pour seniors Edouard-Gauraz. LP/Sébastien Morelli

Il y avait les fleurs, il y aura désormais les animaux. Après le label « villes fleuries », voici le label « ville amie des animaux », qui vient d'être lancé par la région Ile-de-France. Pas moins de 68 communes ont candidaté et trois ont obtenu la plus haute distinction de « trois pattes » avec félicitations du jury, dont la commune de Mennecy (Essonne), aux côtés de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne) et de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

« Cela fait des années que l'on se mobilise sur ce sujet, ça encourage à continuer », se réjouit le maire (UDI), Jean-Philippe Dugoin-Clément, citant pêle-mêle, « le salon international du chat qui s'est tenu deux années de suite, les poulaillers municipaux, les ruches, hôtels à insectes, nichoirs à hirondelles, un enclos pour favoriser la reproduction des papillons, l'aide aux associations… » Et l'élu a de nouveaux projets, comme « mettre en place un système de ramassage des poubelles dans l'hypercentre, avec des ânes ».

Des poulaillers et des oies

Deux poulaillers avec une quinzaine de poules et deux coqs ont en effet été installés. Un à la mairie annexe Monique-Saillet, où les œufs sont récupérés et redistribués aux bénéficiaires du centre communal d'action sociale (CCAS). Un autre dans la résidence municipale pour seniors Edouard-Gauraz, où se trouvent également deux oies. « Cela favorise le lien avec la nature, ça met de l'animation et c'est aussi pédagogique », explique Elodie Marquand, chargée de mission développement durable. « Ça égaye, j'aime bien, sourit Marcelle Monier, une des résidentes. Et puis, ça donne des œufs, on les redistribue. Ce label, c'est très bien ! Moi je ne supporte pas les gens qui font du mal aux animaux. »

Le panneau est situé à l’entrée des villes. DR
Le panneau est situé à l’entrée des villes. DR  

La ville aide également les associations de défense des animaux. « Sans le maire, on n'y serait pas arrivé », assure Lionel Garnier, le président de l' association Aux Mennechats. Lui et ses cinq bénévoles prennent en charge les chats errants de la commune, les capturent, les pucent, les stérilisent, les soignent et les font adopter. « Nous avons sauvé 231 chats de la rue et fait adopter plus de 200, lance celui qui est plus connu sous le surnom de Monsieur Chats. Quand j'ai besoin d'une subvention, le maire ne cherche pas à comprendre, il me dit : De combien tu as besoin? Dernièrement, j'ai eu besoin de 750 euros pour stériliser dix chats. Il a été très réactif. »

La ville est également en lien avec une fourrière qui place les animaux errants ou les donne à la SPA. « On collabore également avec la Ligue de protection des oiseaux. Dernièrement, les pompiers nous ont appelés pour une buse qui était blessée, raconte Elodie Marquand. Nous l'avons amenée chez un vétérinaire à Brétigny. »