Essonne : Idriss Sihamedi, fondateur de Barakacity, sera jugé pour harcèlement en ligne

Suite à la plainte de Zohra Bitan, chroniqueuse à RMC, l’associatif est placé sous contrôle judiciaire et convoqué le 4 décembre prochain au tribunal correctionnel d’Evry.

 Evry-Courcouronnes (Essonne). Idriss Sihamedi a été convoqué le 4 décembre prochain par la justice.
Evry-Courcouronnes (Essonne). Idriss Sihamedi a été convoqué le 4 décembre prochain par la justice. YouTube

Il devra faire face à la justice pour ses tweets. Idriss Sihamedi, fondateur de l'association humanitaire islamique Barakacity, interpellé mercredi matin, a été déféré au parquet d'Evry (Essonne) ce jeudi après-midi. Il en est ressorti libre, mais est convoqué le 4 décembre prochain devant le tribunal correctionnel d'Evry pour « harcèlement au moyen d'un support numérique ou électronique ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours », indique le parquet dans un communiqué.

« Dans l'attente de son jugement, il était présenté à un juge des libertés et de la détention en vue de son placement sous contrôle judiciaire avec notamment interdiction de contact avec la victime », précise le parquet. Ce mercredi, le président de l'ONG, dont les locaux se trouvent à Evry-Courcouronnes depuis 2012, avait été interpellé à 6 heures du matin à son domicile. Il lui est reproché d'avoir violemment pris à partie sur Twitter, où il est suivi par 35 000 abonnés, la chroniqueuse de la radio RMC Zohra Bitan.

120 tweets diffamatoires

Celle-ci avait porté plainte le 18 septembre 2020 pour harcèlement sur les réseaux sociaux. « Elle faisait état de la diffusion de 120 tweets diffamatoires, depuis le compte Twitter de Driss Yemmou, dit Sihamedi, et de la création par celui-ci d'un hashtag dénonçant sa personne, repris dans près de 1500 tweets », expliquait la procureure d'Evry-Courcouronnes, Caroline Nisand.

Elle ajoutait que « le compte Twitter de Driss Yemmou avait procédé à la publication de la photographie d'un courrier recommandé volé dans sa boîte aux lettres ». Sur ce point, « l'infraction de vol avec effraction a été abandonnée », précise ce jeudi soir sur Twitter l'avocat d'Idriss Sihamedi, Me Samim Bolaky.

Une perquisition menée dans les locaux de Barakacity

Ce mercredi, en parallèle de l'interpellation de son président, une perquisition avait été menée dans les locaux de Barakacity. Les images n'ont pas tardé à être relayées sur Twitter par le compte officiel de l'ONG. Sur la vidéo, l'homme qui filme fait le tour des locaux et constate que plusieurs portes ont été fracturées par les forces de l'ordre. « Dépêcher le Raid à six heures du matin pour une personne qui a un casier judiciaire vierge… », soupirait l'avocat de Sihamedi.

Un rassemblement de soutien à son client s'était tenu ce mercredi à 17 heures devant le commissariat d'Evry-Courcouronnes. Une cinquantaine de personnes étaient présentes.