Eric Piolle en déplacement pour sauver les terres agricoles de l’Essonne

Le maire de Grenoble, figure nationale d’EELV, a fait le point ce samedi sur les différents projets de développement urbain portés dans le département. L’occasion de rappeler qu’un autre mode de vie est à imaginer.

 Eric Piolle, maire (EELV) de Grenoble (au centre avec le masque blanc), s’est rendu samedi devant le site d’Amazon de Brétigny-sur-Orge.
Eric Piolle, maire (EELV) de Grenoble (au centre avec le masque blanc), s’est rendu samedi devant le site d’Amazon de Brétigny-sur-Orge. LP/Nolwenn Cosson

Il a apporté la neige avec lui. C'est sous un manteau blanc que le maire (EELV) de Grenoble, Eric Piolle, s'est rendu ce samedi en Essonne. Celui à qui l'on prête des ambitions présidentielles est venu soutenir le combat des militants pour préserver les terres agricoles du territoire.

Au programme, le chantier de la ligne 18 sur le plateau de Saclay, l'implantation du futur data center d'Amazon à Brétigny-sur-Orge et les Vergers vivants de Lieusaint, à Saint-Pierre-du-Perray où un projet de zone d'activités pourrait voir le jour.

«Ce sont des aberrations de plus»

« Ici se tient une vision du développement pour le développement. Avec l'idée de faire grossir sans cesse les périphéries des métropoles. De mettre en place des moyens de transport au milieu de rien et qui ne sont même pas fait pour les riverains. De construire un data center à proximité d'un pôle de maraîchage, alors qu'il devrait être implanté en centre urbain pour permettre la récupération de la chaleur produite, déplore cette figure nationale des écologistes. Ce sont des aberrations de plus à côté de cet entrepôt Amazon qui réceptionne les marchandises venues du bout du monde, dans des camions qui viennent essentiellement de l'Europe de l'Est. »

Amazon se dit écolo

Interrogé, Amazon assure que leurs data center seront alimentés avec une énergie 100 % renouvelable d'ici à 2030. « La gestion de notre réseau mondial de la manière la plus écologique possible reste une priorité absolue, précise-t-on. Nous avons annoncé plus de 127 projets d'énergie renouvelable dans le monde, et bien d'autres sont à venir. »

Des annonces qui ne rassurent pas les militants. Si l a crise sanitaire a suspendu pour un temps quelques projets, elle a aussi permis à certains de remettre en question ce mode de vie. « Nous devons en finir avec les projets d'urbanisation et d'artificialisation. Une nouvelle façon d'habiter nos territoires doit être imaginée, estime Eric Piolle. Il faut retrouver une logique liée à l'alimentation, au territoire, avec l'entretien de la biodiversité et de la préservation de ces sites. »