Des travaux de maçonnerie à l’origine de l’assassinat à Evry-Courcouronnes

Les enquêteurs commencent à y voir plus clair sur les causes du drame survenu jeudi après-midi dans la très tranquille ZAC Saint-Guénault. Le suspect est toujours en fuite.

 Evry-Courcouronnes, jeudi 1er octobre : C’est au fond de l’allée Maryse Bastié, entre la zone d’activités ici à droite et le centre de distribution de la Poste, que les coups de feu ont eu lieu.
Evry-Courcouronnes, jeudi 1er octobre : C’est au fond de l’allée Maryse Bastié, entre la zone d’activités ici à droite et le centre de distribution de la Poste, que les coups de feu ont eu lieu. LP/Romain Chiron

« Je n'étais pas très sereine en allant au travail ce matin… », confie une salariée de l'une des quinzaines d'entreprises situées au 6 rue Maryse-Bastié, à Évry-Courcouronnes. Et pour cause, à cette même adresse, jeudi aux alentours de 16 heures, un homme de 33 ans a été tué par arme à feu. « Il a voulu désarmer l'auteur des coups de feu et a été atteint à très faible distance », relate une source judiciaire.

Le tir l'a touché en plein torse. Quelques secondes auparavant, l'homme, armé d'un revolver, avait fait feu sur une autre personne, le patron du garage RM auto, âgé de 35 ans, le blessant à la main. La victime décédée est le cousin de ce garagiste. Le meurtrier présumé est, ce vendredi soir, toujours en fuite et activement recherché par les enquêteurs de la brigade criminelle de la direction régionale de la police judiciaire de Versailles (Yvelines).

Jeudi, vers 15 heures, une première altercation éclate. Une patrouille intervient puis repart après vérification des identités. Les agents découvrent à ce moment-là que deux des protagonistes sont connus pour « port d'arme prohibé » et « violences ». Mais aucune arme n'est trouvée. Une heure plus tard, les esprits s'échauffent à nouveau et l'altercation vire au drame.

«C'est un fou qui a tiré sur deux hommes»

Le cousin du patron est toujours présent sur les lieux. « Il passe souvent prendre le café », raconte un entrepreneur de la zone d'activité. L'homme n'était donc pas visé par l'auteur de l'agression venu en découdre à la suite d'un différend commercial. Selon nos informations, il s'agirait d'un conflit autour de travaux de maçonnerie que le tireur aurait effectués chez le garagiste. « C'est aussi un drogué. C'est un fou qui a tiré sur deux hommes », confie, en pleurs, la proche des deux victimes.

Dans la zone d'activité, le garagiste est décrit comme quelqu'un qui « n'est pas connu pour avoir des problèmes. Il a son franc-parler mais rien de plus. Il venait tout juste de revendre son garage. » Le meurtrier présumé a lui en revanche déjà eu affaire à la justice. Selon une source judiciaire, « il a déjà été condamné en décembre 2018 pour des violences et menaces de mort sur une personne dépositaire de l'autorité publique ».

Le parquet d'Evry-Courcouronnes a ouvert une enquête de flagrance a été ouverte pour assassinat et tentative d'assassinat car « tout porte à croire que le geste a été prémédité » estime une source policière.