Covid-19 : le festival international du cirque de Massy reporté à janvier 2022

La 28e édition de ce rendez-vous n’avait pas eu lieu en janvier dernier à cause des grèves dans les transports. Le cœur lourd, les organisateurs ont cette fois-ci décidé d’un nouveau report d’un an en raison de l’épidémie.

 Il faudra encore attendre 15 mois pour pouvoir remonter le grand chapiteau dans le parc Georges-Brassens.
Il faudra encore attendre 15 mois pour pouvoir remonter le grand chapiteau dans le parc Georges-Brassens. LP/Gérald Moruzzi

Pas en janvier 2020, pas en janvier 2021. C'est finalement du 13 au 16 janvier 2022 que devrait avoir lieu la 28e édition du Festival international du cirque de Massy (Essonne), sauf nouvel imprévu.

Peu avant Noël l'an passé, ce rendez-vous très attendu avait été reporté à janvier 2021. L'association en charge de l'organisation avait pris cette décision en raison d'un mouvement de grève dans les transports à l'issue incertaine. Cette fois-ci, c'est la crise sanitaire qui les amène à repousser la fête d'une année.

Si les contextes sont différents, Bata Gluvacevic, le président de l'association, use des mêmes mots que l'an passé : « C'est une décision très difficile, mais il fallait la prendre », estime-t-il, ajoutant que d'autres festivals du cirque, comme celui de Monaco, ont récemment fait de même. « Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec la santé des artistes, qui viennent souvent de très loin, des techniciens, de nos bénévoles et du public », explique-t-il.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec la santé des artistes », explique le président du festival international du cirque de Massy. LP
« Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec la santé des artistes », explique le président du festival international du cirque de Massy. LP  

Garantir la sécurité de tous et la qualité du spectacle

Ce passionné ne veut pas seulement éviter que l'association puisse être tenue pour « responsable d'un cluster à Massy », ou risquer qu'au final le festival soit annulé du jour au lendemain, si la pandémie s'aggrave un peu plus.

Outre la sécurité et la sérénité de tous, c'est « la qualité de la programmation » qui pâtirait d'une édition moins ambitieuse, si les professionnels du cirque ne pouvaient pas rejoindre le festival. « Nous nous devons de garder un certain haut niveau », pointe-il, comprenant les difficultés dans lesquelles se trouvent les artistes, qui voient leurs cachets disparaître les uns après les autres.

Heureusement pour les organisateurs, la billetterie n'avait pas encore été ouverte avant ce nouveau report. « Cette fois-ci, nous avons attendu que les conditions deviennent favorables, indique Bata Gluvacevic. Au vu de la situation, nous avons bien fait. » Lors du précédent report, un peu moins de 10 000 billets avaient été vendus, puis remboursés. Près de 14 000 entrées avaient été comptabilisées lors de la 27e édition, en janvier 2019.

La place des animaux en question

Reporter la 28e édition à janvier 2022, « c'est sans doute la décision la plus sage », reconnait Nicolas Samsoen, le maire (UDI) de Massy, dont la ville subventionne le festival. L'élu, qui était favorable à ce que la manifestation se tienne aux dates prévues, comprend ce choix difficile, fait « en accord avec la mairie ».

Positif malgré la situation, l'édile y voit une belle opportunité. Celle de « travailler avec l'association et les professionnels du cirque à une réinvention du festival, en laissant notamment plus de place aux pratiques nouvelles ». L'occasion aussi de « se reposer les questions, sur la place des animaux par exemple, mais pas seulement », précise-t-il.

Reverra-t-on des lions sur scène comme ici en janvier 2018  ? Des associations réclament la fin des numéros avec des animaux.  LP/Gérald Moruzzi
Reverra-t-on des lions sur scène comme ici en janvier 2018 ? Des associations réclament la fin des numéros avec des animaux. LP/Gérald Moruzzi  

Cette question de l'exploitation des animaux dans les cirques est centrale pour Amandine Sanvisens. Pas mécontente de ce report du festival de Massy, la cofondatrice et présidente de Paris Animaux Zoopolis, une association mobilisant régulièrement ses troupes pour des happenings et autres rassemblements militants, espère que le rendez-vous massicois évoluera en ce sens. « Des grandes villes se sont prononcées contre les cirques avec animaux, se félicite-t-elle. La profession change aussi, avec des cirques décidant de ne plus proposer de numéros avec des animaux. »

Les fidèles du festival malheureux mais compréhensifs

La nouvelle fait moins d'heureux du côté des habitués du festival. Céline, 35 ans, trépignait à l'idée de rejoindre en famille le grand chapiteau dressé dans le parc Georges-Brassens. « On va presque à chaque édition avec les enfants, explique cette habitante de Massy, déçue par le report mais compréhensive. J'espère qu'il n'y aura pas de nouveau report à 2023, parce qu'il nous manque ce festival. »

Autre fidèle, Bernard s'attendait à ce report. « Tout est annulé ces derniers mois et cela va continuer sur cette lancée, au regard des dernières informations, souligne ce retraité. Je ne vois pas comment le festival de Massy aurait pu se faire dans de bonnes conditions. » Les clowns et les trapézistes leur donnent rendez-vous à Massy à dans quinze mois… sauf surprise.

Cirques à Paris : la fin des animaux sauvages (enfin presque)