Affrontement entre bandes rivales à Evry : «S’il y a un match retour, il y aura un aller simple pour la prison»

Ce week-end, les quartiers du Champtier-du-Coq à Evry-Courcouronnes et du Plateau à Ris-Orangis se sont violemment affrontés. Quinze jeunes ont été jugés en comparution immédiate

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Illustration. Quelques mois plus tôt, des bandes rivales s’étaient déjà affrontées à la sortie du centre commercial Evry 2.
Illustration. Quelques mois plus tôt, des bandes rivales s’étaient déjà affrontées à la sortie du centre commercial Evry 2. LP/Nicolas Goinard

Avec leur escorte policière, ils ont monopolisé toute la salle d'audience. Ce lundi, dix prévenus se serrent sur les bancs du tribunal correctionnel d'Evry-Courcouronnes, dans une audience de comparution immédiate exceptionnelle.

Près d'une vingtaine de policiers les encadrent. Les jeunes majeurs, issus de la même bande du quartier du Plateau, à Ris-Orangis, doivent être jugés pour « participation à un attroupement armé ».

Ils ont été interpellés dimanche soir dans un contexte tendu, qui a vu deux quartiers d'Evry-Courcouronnes et Ris-Orangis s'affronter violemment tout au long du week-end. Cinq autres prévenus, mineurs, seront quant à eux jugés par le tribunal des enfants.

Entassés à l'arrière d'un camion

Ce dimanche, les policiers les ont trouvés… entassés à l'arrière d'un camion, utilisé pour aller mener une expédition punitive au quartier du Champtier-du-Coq, à Evry-Courcouronnes. Vers 19h50, le véhicule de 20 m³ dans lequel se cachent 14 jeunes à l'arrière, armés de bâtons et de barres de fer, se gare rue d'Antan.

Deux autres conduisent à l'avant. Ils sont pris à partie et frappés par les locaux d'Evry, avant que la police municipale ne les sépare. Deux jeunes de Ris-Orangis ont été blessés au visage et hospitalisés. Au total, 16 jeunes sont interpellés.

Cet épisode est l'épilogue d'une série d'affrontements entre les deux quartiers ce week-end. Vendredi soir, les policiers sont d'abord appelés pour des « mouvements suspects » entre 18h30 et 19 heures dans le quartier du Plateau, à Ris-Orangis. Lorsque les agents interviennent, tout le monde fuit mais 14 jeunes sont interpellés. « Ils ont tous entre 15 et 19 ans et sont en partie originaires du quartier du Champtier-du-Coq », souffle une source policière. Cet épisode ne fait aucun blessé.

Deux jeunes à scooter volontairement percutés par une voiture

Mais deux heures plus tard, à 20h45, se joue le « match retour ». Rue Jasmin, à Evry-Courcouronnes, deux jeunes à scooter sont volontairement percutés par une voiture. « L'une des deux victimes est le frère d'un interpellé de 19 heures », confie une source policière. La voiture qui les percute fait partie d'un convoi d'au moins trois véhicules. Après avoir été percutés, les deux jeunes sont frappés au sol. Blessés, ils ont été conduits au centre hospitaliser sud-francilien. Pour cette affaire, deux hommes ont été interpellés pour tentative d'homicide.

Jusqu'à l'ultime expédition punitive en camion de ce dimanche soir, pour lesquels les quinze prévenus ont été déférés. Les dix majeurs, aux traits juvéniles, présentent à peu près tous le même profil : des jeunes entre 18 et 20 ans, aux casiers judiciaires quasi vierges, insérés dans la vie active. Ils sont animateur dans un centre aéré, employé au McDonald's ou encore étudiant en médecine. Leurs familles attendent à l'extérieur de la salle, encadrées par un lourd dispositif policier.

Newsletter L'essentiel du 91
Un tour de l'actualité de l'Essonne et de l’Île-de-France
Toutes les newsletters

L'audience est finalement renvoyée et les prévenus placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès. « C'est un dossier assez exceptionnel, souligne la procureure. On avait les mêmes affrontements vingt ans auparavant. Entre ces deux quartiers, il y a toujours une haine viscérale ».

« Habituellement, ces deux quartiers ne se battent pas entre eux»

Les affrontements ont nécessité le renfort de trois compagnies de CRS ce week-end. Ils devaient à nouveau être présents lundi soir par crainte de nouvelles échauffourées. « Que l'on soit clair, il n'y aura pas d'émeutes ce lundi soir à Evry », prévenait lundi à l'audience la procureure en s'adressant aux jeunes en survêtement. « S'il y a un match retour, il y aura un aller simple pour Fleury-Mérogis », avertit la présidente du tribunal.

Du côté des forces de l'ordre, ces récents affrontements entre Ris-Orangis et Evry-Courcouronnes interpellent : « Nous n'avons aucune idée de l'origine de ces bagarres, regrette une source policière. Elles peuvent très bien partir des réseaux sociaux. Habituellement, ces deux quartiers ne se battent pas entre eux. »

Interdiction de paraître à Evry-Courcouronnes

« Je tiens à saluer l'engagement des policiers qui ont permis l'interpellation de 32 personnes ce week-end, réagit le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police Nationale, Claude Carillo. Ces interpellations ont été réalisées malgré le danger et l'entêtement dans la violence de ces individus. C'est désormais à la justice de faire son travail. »

Depuis ce lundi, les prévenus ont l'interdiction de paraître à Evry-Courcouronnes, mais aussi d'entrer en contact entre eux jusqu'au procès. « Du coup on pourra même pas s'envoyer de messages entre nous ? » s'inquiète un prévenu. Le procès aura lieu le 5 mars.

Lundi soir, une nouvelle alerte a eu lieu au lycée du Parc des Loges, à Evry-Courcouronnes. « Dans la cour de récréation, un jeune a tenté de donner un coup de couteau à un autre, qui heureusement a été protégé par son sac », indique une source policière. L'auteur a été identifié mais pas encore interpellé.