Un gypaète barbu, vautour protégé, criblé de plombs dans les Cévennes

La LPO, Ligue de protection des oiseaux, porte plainte après que l’oiseau a été retrouvé mort dans le parc national des Cévennes.

 Le gypaète est l’une des quatre espèces de vautours présentes en France. Il se nourrit principalement d’os.
Le gypaète est l’une des quatre espèces de vautours présentes en France. Il se nourrit principalement d’os. DR

C'est une espèce de vautour protégée, l'un des plus grands rapaces en Europe. Celui-ci avait même un prénom : Dolomie. Car le jeune animal, un gypaète barbu, était né dans un zoo berlinois en mars 2020, et avait été relâché dans l'Aveyron en juin dernier. Une opération menée par la LPO, Ligue de protection des oiseaux, dans le cadre d'un programme de sauvegarde de l'espèce. Mais l'oiseau a finalement été retrouvé mort le 11 octobre dernier, criblé de plombs de chasse, dans le parc national des Cévennes, à cheval sur les départements de la Lozère, du Gard et de l'Ardèche.

33 vautours réintroduits

Dolomie a été retrouvé mort « sur le territoire d'une commune de Lozère, dans le parc national des Cévennes », indique la LPO ce mardi dans un communiqué. Le cadavre « présente une quinzaine de plombs de chasse à la radiographie » qui ont provoqué sa chute et sa mort, à la suite d'« hémorragies internes ».

La LPO porte plainte pour destruction d'espèce protégée, délit punissable d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende », rappelle-t-elle.

Un autre gypaète barbu avait été retrouvé mort en octobre 2019, rappelle la LPO. Depuis 2016, 33 de ces vautours ont été réintroduits dans le cadre du programme de sauvegarde.

« Le retour des vautours participe au rétablissement d'un maillon essentiel des espaces naturels et pastoraux : la nécrophagie. En se nourrissant des cadavres d'animaux, ces charognards augmentent la capacité de résilience des écosystèmes », explique la LPO.