Séismes près de Strasbourg : la géothermie inquiète

Après la dizaine de séismes survenus ces deux dernières semaines, des associations réclament l’arrêt des tests menés par l’entreprise Fonroche.

 Entreprise Fonroche, Vendenheim (Bas-Rhin). Les tests à 5000 m de profondeur sont à nouveau suspendus.
Entreprise Fonroche, Vendenheim (Bas-Rhin). Les tests à 5000 m de profondeur sont à nouveau suspendus. PHOTOPQR/DNA/Franck Delhomme

« Toute notre chambre tremblait, c'était très impressionnant! » Quelques jours après le séisme de magnitude 2,7 au nord de Strasbourg (Bas-Rhin), Pascale Weber est encore marquée par l'événement. « Il faut cesser de parler de microséismes. Au-delà de 2 de magnitude, ce sont des tremblements de terre », s'agace la présidente de l'association Préserver Reichstett et ses environs (PREE).

/
/  

Selon les relevés du Réseau national de surveillance sismique, 10 séismes induits ont été recensés dans l'agglomération ces quinze derniers jours. « Ces événements sont liés à une activité humaine », assure Pascale Weber. Tous les regards se tournent vers le site de géothermie profonde de l'exploitant Fonroche, à Reichstett-Vendenheim. Avant leur suspension mardi, l'entreprise y réalisait des tests à 5000 m sous la croûte terrestre avec l'espoir d'installer à terme la première centrale française de production d'électricité géothermique.

L'exploitant reconnaît « un lien de causalité »

« Après le très fort séisme de magnitude 3,2 de novembre 2019, les tests ont été suspendus un an et la préfecture du Bas-Rhin les a autorisés à nouveau en octobre. Dix jours après, les séismes ont repris », constate Michèle Kannengieser, maire de La Wantzenau. Pour la première fois, Fonroche a reconnu « un lien de causalité avec les tests », fin octobre.

Un changement qui ne convainc pas Thierry Mosser, président du collectif Géothermie Eckbo non merci : « Nous allons lancer une pétition réclamant l'arrêt définitif de la géothermie profonde en Alsace. L'usine Seveso Arlanxeo-Lanxess est à proximité du site de Fonroche, ce qui laisse craindre le pire en cas de fort séisme. »