Réchauffement climatique : en 2100, aura-t-on encore de la neige en hiver ?

Les températures pourraient augmenter de 3,9°C entre 2070 et 2100, par rapport la période allant de 1976 à 2005, selon le nouveau rapport de Météo France que nous avons pu consulter.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Météo France estime que les jours de gel pourraient devenir exceptionnels en France.
Météo France estime que les jours de gel pourraient devenir exceptionnels en France. LP/Arnaud Journois

Moins de flocons en moyenne montagne, rien ou presque en plaine : « Mais où sont les neiges d'antan? » Le refrain de François Villon risque de résonner au premier degré en 2100, selon les projections que Météo France publie ce mardi.

Le rapport DRIAS sur les projections climatiques possibles en France métropolitaine réactualise le dernier jeu de données, qui remonte à 2014. Jean-Michel Soubeyroux, climatologue et coordinateur du rapport, précise : « Les nouvelles simulations sont plus chaudes que les précédentes. Il y a un écart de 0,2 à 0,3 degré. »

Des cafés en terrasse en janvier ?

Météo France braque les projecteurs sur les trois scénarios du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : le scénario du pire si rien n'est fait; l'option en cas d'action politique importante contre les émissions de gaz à effet de serre et une voie médiane. Dans tous les cas, jusqu'à 2050, le réchauffement en métropole est sensiblement le même : + 2 °C. « Jusque-là, l'histoire est écrite : l'inertie du système climatique est de deux ou trois décennies », explique Jean-Michel Soubeyroux. Les gaz à effet de serre qui alimentent la machine ont déjà été émis. En revanche, la situation est ensuite très différente.

Après 2050, soit la température se stabilise jusqu'à la fin du siècle. On restera alors bien au chaud à l'intérieur, un vin chaud à la main. Soit, si l'on ne fait rien, « le thermomètre grimpera de 3,5 °C en moyenne, c'est très important ! » insiste Jean-Michel Soubeyroux.

Réchauffement climatique : en 2100, aura-t-on encore de la neige en hiver ?

Pour les forestiers, les agriculteurs par exemple, des frimas (NDLR : un brouillard froid et épais, qui se glace en tombant) moins froids changent la donne. « Certaines graines, comme celles des hêtres, ont besoin de froid pour germer. Des hivers plus doux pourraient poser des problèmes de renouvellement des forêts », pointe Nathalie Breda, directrice de recherche à l'Institut national de recherche pour l'agriculture et l'environnement (INRAE).

Pour ne pas voir que la futaie à moitié vide, « il semble que globalement en forêts, en grandes cultures et dans les vergers, le réchauffement limite les maladies fongiques », tient à rappeler l'experte des arbres.

Des coups de froids plus rares

En fin de siècle, dans le scénario « ça ne fait rien, on ne change rien », Météo France estime que les jours de gel pourraient devenir exceptionnels. Une bonne nouvelle pour la sécurité routière? Pas forcément. « Même avec un scénario beaucoup plus chaud, il y aura de temps en temps des pics de froid, le risque est que nous perdions complètement l'habitude, prévoit Jean-Michel Soubeyroux. Un vrai défi alors qu'on estime que nous avons une mémoire météorologique de cinq à dix ans. » Les gestionnaires de voiries devront ainsi conserver des tas de sels. Idem dans les hôpitaux ou dans le secteur de l'énergie.

Newsletter Ma Terre
L'environnement et la conso responsable
Toutes les newsletters

La meilleure preuve de notre amnésie météo ? « Les quelques jours de froid, avec de la neige en plaine il y a quelques semaines, ont créé l'émoi mais ils sont synonymes d'un hiver normal, très loin des vagues de froid de 1985 ou de 1987 », remarque Jean-Michel Soubeyroux. Simplement, les sept derniers hivers ont été très doux.

Il y aura toujours des stations de ski mais…

Selon le rapport, le réchauffement sera - et est déjà même —- plus marqué sur les zones de montagne, particulièrement dans les Alpes et Pyrénées. En plus de la hausse globale du mercure, les hauteurs subissent l'« effet albédo ». Quèsaco? Il s'agit du pouvoir réfléchissant d'une surface qui explique qu'un tee-shirt noir tient plus chaud qu'une tenue blanche. Idem pour le sol de montagne, sombre, qui se réchauffera d'autant plus vite qu'il sera dépourvu de neige, blanche.

Réchauffement climatique : en 2100, aura-t-on encore de la neige en hiver ?

« Le climat est notre sujet prioritaire, précise Alexandre Maulin, président de l'association Domaines skiables de France. En dessous de 1 500 m, les risques de manque de neige seront plus sensibles à la fin du siècle. C'est pour cette raison que nous avons lancé la mobilisation générale il y a deux ans avec des engagements forts pour décarboner nos stations. » Dameuses à hydrogènes et une gestion de l'eau au plus serré, par exemple.

La question est d'autant plus sensible que la culture de neige ne peut pas tout régler. « Pour avoir de la neige, il ne suffit pas d'avoir un canon, insiste la patronne de Météo France, Virginie Schwartz. Il faut qu'il fasse suffisamment froid pour que le manteau tienne, il faut avoir de l'eau aussi. »

Mais même dans les projections les plus extrêmes, Alexandre Maulin ne croit pas à la fin des sports de glisse : « Il y aura toujours des stations mais il faudra faire avec la variabilité de neige, qui sera plus forte. C'est un formidable défi ! » Reste que la « limite pluie neige ne cesse de s'élever ». Passée de 1 200 m autrefois à environ à 1 500 m aujourd'hui, elle pourrait grimper à 1 700 m d'ici à 2050.