Plaisanciers contre effaroucheurs en Gironde : un débat qui pourrait faire du bruit

Une association attaque un arrêté préfectoral qui autorise l’installation sur le banc d’Arguin (Gironde) d’un système sonore pour chasser milans noirs et goélands. Tous deux sont des prédateurs des œufs et poussins des sternes, présents en nombre.

 Si la préfecture de Gironde vient d’autoriser l’installation d’effaroucheurs sur le banc d’Arguin (Gironde) ; les plaisanciers ne sont toujours pas les bienvenus.
Si la préfecture de Gironde vient d’autoriser l’installation d’effaroucheurs sur le banc d’Arguin (Gironde) ; les plaisanciers ne sont toujours pas les bienvenus. LP/Aurélie Audureau

Réserve naturelle où vivent 250 couples de sternes caugek, le banc d'Arguin, situé juste en face de la Dune du Pilat, est interdit aux plaisanciers pour ne pas déranger ces oiseaux protégés. Mais voilà que la préfecture de Gironde vient d'y autoriser l'installation par la Sepanso Aquitaine (Société pour l'étude, la protection et l'aménagement de la nature dans le Sud-Ouest) d'effaroucheurs pour chasser les milans noirs, rapaces également protégés, et les goélands, tous deux prédateurs des œufs et poussins des sternes.

Une décision dénoncée par une association de plaisanciers du bassin d'Arcachon qui a saisi le tribunal administratif de Bordeaux pour demander la suspension de cet arrêté pris en décembre 2020.

« C'est totalement incompréhensible ! »

« Comment peut-on autoriser d'un côté l'utilisation d'engins pyrotechniques et de détonateurs pour faire peur aux oiseaux prédateurs en toute légalité, alors qu'en même temps on nous reproche de faire trop de bruit avec nos bateaux ? C'est totalement incompréhensible et anormal ! » s'insurge Joël Confoulan de l'association Les Amis du Banc d'Arguin.

C'est lui qui a déposé la requête devant la justice bordelaise : « La Sepanso a le pouvoir de tout nous interdire sans qu'il y ait le moindre débat contradictoire. Nous espérons que cette fois la justice prendra tous nos éléments objectifs en compte. Notre dossier est solide et il repose sur de vrais arguments juridiques. »

Ce nouvel épisode judiciaire intervient après de nombreux mouvements de protestation contre les nouvelles règles en vigueur fixées par la Préfecture de Gironde en 2017 sur le Banc d'Arguin et que la Sepanso fait appliquer à la lettre. « Lorsque la réserve a été créée par Pierre Davant (NDLR : le père de l'animatrice télé Sophie Davant) personne n'imaginait que, des années plus tard, tout ou presque serait interdit sur ce magnifique atoll et que l'on assisterait à des situations dignes de Kafka comme celle que l'on dénonce aujourd'hui », conclut Joël Confoulan.

« Des avis d'experts en ornithologie »

La Sepanso Aquitaine, par la voix de son directeur Xavier Chevillot, prend acte de la démarche des plaisanciers tout en expliquant sa position : « Je pense que l'approche qu'ils ont de ce problème est réductrice. Nous nous sommes appuyés sur des avis d'experts en ornithologie pour élaborer la stratégie la plus efficace possible. Nous travaillons au quotidien pour la préservation de ce lieu. Quant au dialogue, il n'est pas exact de dire qu'il n'existe pas. La consultation publique a réuni tout de même plus de 3000 contributions ! »