Les éoliennes au large de Courseulles-sur-Mer vont-elles perturber les phoques ?

Une étude va mesurer l’impact sur les phoques de l’installation par EDF Renouvelable de 64 éoliennes au large de Courseulles-sur-Mer (Calvados) d’ici 2023.

 Sept phoques de la Baie des Veys (Calvados) ont été équipés de balises pour permettre de constituer une base de données sur leur comportement avant le lancement d’un chantier éolien.
Sept phoques de la Baie des Veys (Calvados) ont été équipés de balises pour permettre de constituer une base de données sur leur comportement avant le lancement d’un chantier éolien. LP/Bertrand Fizel

L'installation par EDF Renouvelable de 64 éoliennes au large de Courseulles-sur-Mer (Calvados) d'ici 2023 va-t-elle perturber l'importante population de phoques qui vit le long de ces côtes normandes? C'est l'objet d'une vaste étude qui vient d'être lancée, coordonnée par l'Université de La Rochelle.

« Nous venons d'équiper 7 phoques de balises qui nous renseignent sur les déplacements et plus généralement le mode de vie de ces animaux. En les capturant pour poser ces appareils, nous en avons profité pour effectuer différentes analyses de sang, de peau, de poils, qui nous permettent de constituer une vaste base de données avant le lancement du chantier », explique Jean-François Elder, qui connaît déjà très bien cette population puisqu'il est conservateur du Domaine national de la Réserve de Beauguillot, l'un des territoires de prédilections de ces phoques « normands ».

Les travaux visant à l'implantation des éoliennes devraient débuter l'an prochain. D'autres phoques seront alors « balisés » pour voir si leurs comportements changent, s'ils sont perturbés par ce chantier. Et un troisième groupe de phoques sera enfin également équipé de balises cette fois en 2023, une fois les éoliennes en marche, pour s'assurer là encore que cette activité ne constitue pas un dérangement notable sur cette population.

Dans tous les cas, Jean-François Elder concède que cette étude, quoi qu'il arrive, « n'est probablement pas de nature à remettre en question ce projet. Mais tous les enseignements que nous allons en tirer serviront assurément pour les implantations industrielles suivantes. »