Le changement climatique à l’origine du doublement des catastrophes naturelles en 20 ans

C’est l’ONU qui dresse ce constat alarmant, signalant par ailleurs que les 7348 désastres depuis 2000 naturels ont tué plus de 1,2 million de personnes.

 Le tsunami de 2004 dans l’océan Indien reste la catastrophe naturelle la plus meurtrière, avec plus de 220 000 victimes.
Le tsunami de 2004 dans l’océan Indien reste la catastrophe naturelle la plus meurtrière, avec plus de 220 000 victimes. AFP/Kazuhiro Nogi

On s'en doutait, c'est maintenant confirmé. Le changement climatique est le principal responsable du doublement des catastrophes naturelles dans le monde en vingt ans, alerte ce lundi l'ONU.

Au cours des vingt dernières années (2000-2019), 7348 désastres naturels ont été enregistrés dans le monde (pour un coût évalué à près de 3000 milliards de dollars), soit près de deux fois plus qu'entre 1980 et 1999, révèle un rapport du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNSDIR).

« Le Covid-19 a vraiment sensibilisé les gouvernements et le public en général sur les risques qui nous entourent. Ils peuvent voir que si le Covid-19 est aussi terrible, l'urgence climatique peut être encore pire », a déclaré la secrétaire générale de l'UNSDIR, Mami Mizutori, en conférence de presse. « Sans relance verte, nous ne ferons qu'accroître l'urgence climatique », a-t-elle insisté.

« Nous sommes sciemment destructeurs »

Le rapport, qui ne porte pas sur les risques épidémiologiques comme le coronavirus, montre que la progression des désastres naturels est surtout liée à l'augmentation des catastrophes climatiques, qui sont passées de 3656 (1980-1999) à 6681 (2000-2019).

« Nous sommes sciemment destructeurs. C'est la seule conclusion à laquelle on peut arriver lorsqu'on passe en revue les catastrophes survenues au cours des vingt dernières années », a relevé Mme Mizutori.

Les coûts des catastrophes naturelles sont évalués à au moins près de 3000 milliards de dollars depuis 2000 mais le montant réel est plus élevé car un grand nombre de pays, notamment en Afrique et Asie, ne fournissent pas d'informations sur l'impact économique. Les inondations - qui ont doublé elles aussi - et les tempêtes ont été les catastrophes les plus fréquentes au cours des deux dernières décennies. Pour la décennie à venir, l'ONU estime que les pires problèmes seront les vagues de chaleur.

La Chine et les Etats-Unis sont les plus touchés

Globalement, le nombre de morts n'a guère augmenté, passant de 1,19 million sur la période 180-1999 à 1,23 million sur la période 2000-2019, alors que le nombre de personnes touchées par ces désastres naturels a bondi (passant de 3,25 milliards à 4 milliards).

« Davantage de vies sont sauvées mais davantage de personnes sont touchées par l'urgence climatique croissante. Le risque de catastrophe devient systémique », a souligné Mme Mizutori, en appelant le monde à suivre les recommandations des scientifiques et à investir dans les programmes de prévention et d'adaptation au changement climatique.

VIDÉO. Climat : d'ici 2050, des mégapoles côtières inondées et davantage d'ouragans et cyclones

L'Asie - où se trouvent huit des dix premiers pays enregistrant le plus grand nombre de catastrophes - est la région la plus touchée, suivie par le continent américain et l'Afrique. Chine et Etats-Unis sont les pays qui ont signalé le plus grand nombre de catastrophes, suivis par l'Inde, les Philippines et l'Indonésie. Ces pays ont des densités de population relativement élevées dans les zones à risque, signale le rapport.

Le tsunami de 2004 et le séisme en Haïti en 2010

Les années 2004, 2008 et 2010 ont été les dévastatrices, avec plus de 200000 morts à chacune de ces années. Le tsunami de 2004 dans l'océan Indien a été le plus meurtrier, faisant plus de 220 000 victimes.

Le deuxième événement le plus important a eu lieu en Haïti en 2010, lorsqu'un tremblement de terre d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter avait causé la mort de plus de 200000 personnes, et blessé plus de 300000 autres. En 2008, le cyclone Nargis a lui tué quelque 138000 personnes au cours de son passage en Birmanie.

Le rapport note également que le nombre moyen de décès dans le monde entre 2000 et 2019 s'est élevé à environ 60 000 par an, et que depuis 2010, il n'y a pas eu de « méga-catastrophe » (plus de 100 000 morts).