La distribution de pastilles d’iode relancée dans le Loiret

En cas d’accident nucléaire, les riverains doivent absorber une pastille d’iode pour ne pas être contaminés. Mais « il y a des trous dans la raquette » concède un professionnel de santé.

 Les pastilles d’iode protègent la thyroïde de l’iode radioactif rejeté en cas d’accident nucléaire.
Les pastilles d’iode protègent la thyroïde de l’iode radioactif rejeté en cas d’accident nucléaire. LP/Olivier Arandel

Les Loirétains sont entourés par trois centrales nucléaires : Belleville-sur-Loire (Cher) au sud-est, Dampierre-en-Burly, à l'est du département, et Saint-Laurent-Nouan à l'ouest, dans le département voisin du Loir-et-Cher. Dans ces conditions, pas question de lésiner sur la prévention. D'où la nouvelle campagne autour des pastilles d'iode.

Depuis 2019, le périmètre de sécurité a été étendu de 10 à 20 km autour de chaque centrale. Et dans ce périmètre, tous les habitants doivent être munis de pastilles d'iode. Celles-ci protègent la thyroïde de l'iode radioactif rejeté dans l'air en cas d'accident nucléaire.

Si ces aires géographiques épargnent les principales agglomérations d'Orléans et de Montargis, elles couvrent beaucoup d'autres territoires comme Gien, Briare, Meung-sur-Loire ou Beaugency. « Les gens n'y font pas vraiment attention, je ne suis pas sûr que tout le monde soit en possession de ces fameuses pastilles », reconnait Fanny, une jeune mère de famille installée à Beaugency, dans le périmètre de la centrale de Saint-Laurent.

Gratuit chez le pharmacien

« Nous avons beaucoup distribué de boites lors de la première vague en 2019, mais c'est vrai qu'il y a des trous dans la raquette », admet Julien Viceron, pharmacien à Sully-sur-Loire, près de la centrale de Dampierre. A la mairie de Sully, on assure toutefois que tous les services publics locaux, écoles, Ehpad, services techniques, sont dotés.

Depuis le début du mois de février, la préfecture a relancé les envois postaux vers les particuliers. Comme ses confrères, Julien Viceron a reçu un stock de 700 boites de pastilles, qu'il a envoyées à des adresses qui n'ont pas encore été renseignées sur le site dédié www.distribution-iode.com

Une autre solution pour tous ceux qui habitent à moins de 20 kilomètres d'une centrale nucléaire : se rendre chez son pharmacien, muni d'un justificatif de domicile. « La délivrance d'une boite est gratuite et sans rendez-vous », explique Julien Viceron. Evidemment, personne ne souhaite un accident, mais mieux vaut prévenir…