Se former aux métiers de l’environnement

Portées par la croissance des emplois verts, les formations environnementales de l’enseignement supérieur sont aujourd’hui en plein développement. Des énergies renouvelables au secteur du conseil, ces filières offrent aux étudiants des débouchés… durables !

Se former aux métiers de l’environnement

Contenu en partenariat avec SUEZ

Retrouvez des solutions innovantes et utiles qui contribuent à la valorisation des ressources, meilleure gestion des déchets... pour une planète plus responsable.

Connaissez-vous le métier de consultant en bilan carbone ? Et celui de juriste environnement ? Saviez-vous que les techniciens de maintenance de parc éolien étaient très recherchés par les entreprises ? Avec la montée en puissance des enjeux de développement durable, le marché de l’emploi du secteur de l’environnement est aujourd’hui en pleine évolution. Des métiers émergent, d’autres se transforment. Et le secteur recrute intensément. En 2018, les seules éco-activités (liées directement à la protection de l’environnement et à la gestion durable des ressources) représentaient 563 000 emplois en France et affichaient une progression de 4,4 % en un an, selon le ministère de la Transition écologique. Dans le même temps, de nombreux secteurs de l'économie se verdissent (transports, bâtiment…) et recherchent eux aussi de nouvelles compétences.

Énergies renouvelables : de nouvelles filières pour répondre à la demande

Cette évolution a son corollaire : les formations supérieures spécialisées dans l’environnement se développent et attirent de plus en plus d'étudiants. C’est tout particulièrement le cas dans le domaine des énergies renouvelables, gros pourvoyeur d’emplois. Des BTS ont ainsi été créés ces denières années pour répondre à la demande de techniciens d’exploitation ou de maintenance dans l'éolien ou le photovoltaïque. Les étudiants peuvent aussi se tourner vers une licence pro maîtrise de l'énergie, électricité, développement durable. Preuve du dynamisme du secteur, un centre de formation dédié à l'éolien (WindLab) a par ailleurs ouvert ses portes à Amiens en 2013. De nombreux formations à Bac +5 assurent également désormais un accès au secteur des énergies renouvelables, comme les master biologie, génie de l’environnement ou génie des procédés qui préparent à une carrière d’ingénieur méthanisation.

Des consultants pour accompagner entreprises et collectivités

Le secteur du conseil en développement durable a également le vent en poupe. Consultant en bilan carbone ou en maîtrise de l'énergie, chargé d'études en biodiversité : les métiers en croissance sont nombreux, en écho aux nouvelles demandes des entreprises. Des formations accompagnent ce mouvement, notamment dans les écoles à Bac +5 ou les universités : diplômes d’ingénieurs spécialisés en génie de l’environnement, en génie thermique ou énergétique, en génie urbain, masters spécialisés en biodiversité, écologie et évolution…

De même, pour former des consultants en gestion des déchets, des écoles d’ingénieurs proposent un diplôme spécialisé en traitement des déchets. Autre expertise particulièrement prisée des entreprises : la bonne connaissance de la règlementation environnementale. Une spécialisation en droit de l’environnement est donc proposée aux étudiants en master souhaitant devenir juriste.

Verdir les métiers traditionnels

Les centres de formation se sont également adaptés au fil des ans pour accompagner le verdissement des métiers traditionnels. Dans le secteur du bâtiment par exemple, des cursus ont été créés (le BTS écoconstruction par exemple) pour préparer les futurs professionnels à l'évolution des marchés. Même chose pour le mastère spécialisé en construction et habitat durables dont les diplômés travailleront, demain, à l’amélioration de l’efficacité énergétique de nos logements.

Newsletter
Toutes les newsletters

Enfin, la place croissante des questions environnementales a également des conséquences sur le contenu de certaines formations généralistes. Pour preuve, des programmes se sont « verdis » ces dernières années, notamment dans des écoles de commerce. C’est le cas, par exemple, à l’EM Normandie Business School, où l’on invite les étudiants à se pencher sur les questions de développement durable et de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) durant leur cursus.