Hauts-de-France : une méthode pour dératiser les égouts plus respectueuse de l’environnement

Une entreprise de la Somme développe un concept destiné à lutter contre les rats en évitant que le poison ne finisse dans l’eau des égouts.

 La société Hygiène Contrôle d’Hérissart (Somme) teste la dératisation des égouts avec du poison installé dans une boîte sécurisée lestée et attachée par un câble.
La société Hygiène Contrôle d’Hérissart (Somme) teste la dératisation des égouts avec du poison installé dans une boîte sécurisée lestée et attachée par un câble. DR

Dératiser les égouts tout en respectant l'environnement, c'est possible et les résultats sont plus rapides : c'est ce que veut prouver la société Hygiène Contrôle d'Hérissart (Somme). Elle teste un nouveau principe reposant sur des sacs de poison posés sur une coupelle, enfermés dans une boîte sécurisée lestée à plus de 8 kg et attachée par un câble.

En premier lieu, pour séduire les rats si intelligents et dont le nombre a explosé avec les confinements, de la nourriture est déposée à la place du poison, ce qui permet de vérifier les endroits où ils passent.

« Plus de traces au niveau des stations d'épurations »

Seize pièges ont été installés dans la commune de Poulainville, (1200 habitants) : « Quand l'eau monte dans l'égout, la coupelle coulisse en fonction de son niveau. Le raticide ne termine plus dedans au bout de quelques jours. Et surtout, il n'y a plus de traces au niveau des stations d'épurations. Cela représentait un surcoût de traitement dans certaines villes », assurent Arnaud Mordacque et Fabrice Drevon, les deux associés qui ont adapté aux égouts français un concept développé par l'un de leurs fournisseurs étrangers.

Selon les deux chefs d'entreprise, les résultats au bout de cinq semaines seraient de 70 % à 80 % supérieurs aux méthodes traditionnelles, ce qui permettrait de répondre à la législation qui a réduit les périodes de dératisation. Le duo, qui bénéficie déjà d'une solide réputation locale, espère rayonner sur tout le pays.