Des résidus de pesticides dans des vins labellisés

Une association a fait analyser 22 bouteilles de vins disposant du logo «haute valeur environnementale» et y a découvert de nombreuses traces de produits chimiques.

 Parmi les vins analysés figurent des crus bourgeois et des grands crus classés de Bordeaux. (Illustration)
Parmi les vins analysés figurent des crus bourgeois et des grands crus classés de Bordeaux. (Illustration) AFP/MEHDI FEDOUACH

C'est un logo qui représente un vignoble baigné de soleil, entouré d'un bosquet d'arbres où virevolte un joli papillon. Sous cette image bucolique, on peut lire les trois lettres HVE pour « haute valeur environnementale ». Apposé sur certaines bouteilles de vins, ce label a sans doute été pensé pour rassurer les consommateurs désireux de boire un nectar respectueux de la biodiversité et de la santé. Sauf qu'à y regarder de plus près, les domaines estampillés HVE sont loin d'être exempts de produits chimiques. Et c'est l'association Alerte aux toxiques qui jette ce pavé dans la cuve à l'heure où les cavistes amateurs traquent les bonnes affaires dans les foires aux vins.

L'association a fait analyser 22 vins provenant de Bordeaux, de Champagne et de Languedoc. « Sur ces 22 bouteilles, toutes contenaient des résidus de perturbateurs endocriniens, affirme la porte-parole de l'association Valérie Murat. Et certaines contenaient des pesticides de synthèse parmi les plus dangereux ». Au total, l'association a détecté la présence de 28 substances actives dans les bouteilles ciblées. Notamment des traces de néonicotinoïde s, de substances neurotoxiques ou susceptibles de nuire aux fœtus. Parmi les vins analysés figurent des crus bourgeois et des grands crus classés de Bordeaux!

«Escroquerie intellectuelle»

Le porte-parole du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Christophe Chateau, dénonce une « escroquerie intellectuelle ». « Non seulement les pesticides évoqués sont homologués mais on les retrouve dans les vins à l'état de microtraces, 100 à 1 000 fois inférieures aux seuils autorisés, réplique-t-il. C'est une info creuse uniquement destinée à salir les vins de Bordeaux. »

Valérie Murat voit au contraire dans ces résultats la preuve que le logo HVE n'est qu'un élément « de marketing qui sème la confusion ». « Les producteurs tentent de faire croire aux consommateurs à travers ce label de haute valeur environnementale qu'ils ont changé leurs pratiques et que la production de leur vin se rapproche du bio mais on en est loin, très très loin car tous ces vins sont chargés en résidus de pesticides », explique-t-elle.

«Tournez-vous vers le bio»

Dans un guide de sensibilisation à la certification de haute valeur environnementale, publié par le ministère de l'Agriculture, le président de l'Institut français de la vigne et du vin Bernard Angelras estime que ce label « permet d'accompagner les viticulteurs dans une démarche de progrès ». « Nous devons faire rêver les consommateurs avec la qualité de nos vins mais également les séduire par les techniques de production que nous employons pour préserver la biodiversité du vignoble », ajoute-t-il.

Dénonçant du « greenwashing », l'association Alerte aux toxiques conseille aux consommateurs de privilégier les produits estampillés bio. « Vous pouvez trouver d'excellents vins à des prix compris entre 5,95 euros et 33 euros la bouteille, détaille Valérie Murat. En tout cas, pour être sûr de soutenir une viticulture respectueuse de la santé et de l'environnement, du producteur jusqu'au consommateur, tournez-vous vers le bio. »