Dans le Lot, de nombreuses hirondelles meurent, piégées par le froid

Les oiseaux migrateurs n’ont pas eu le temps de partir et ont été surpris par la chute des températures.

 Dans le Lot, le temps a été clément en septembre puis les températures ont chuté brutalement, perturbant les organismes des oiseaux migrateurs.
Dans le Lot, le temps a été clément en septembre puis les températures ont chuté brutalement, perturbant les organismes des oiseaux migrateurs. LPO Lot

L'automne est arrivé brutalement dans le Lot, perturbant les oiseaux migrateurs comme les hirondelles. Face aux températures dignes d'un été indien en septembre, elles ne sont pas parties en Afrique et ont été piégées par la baisse des températures dans tout le sud de la France. Une hécatombe, pour la Ligue de protection des oiseaux (LPO) du Lot, qui appelle les habitants à recueillir les hirondelles encore vivantes en difficulté.

« Elles sont bloquées par la pluie ou épuisées par le froid et les vents violents », raconte Stéphanie Plaga Lemanski, la directrice de la LPO du Lot. « Depuis deux semaines, de nombreuses personnes ont retrouvé des oiseaux morts, plus d'une centaine dans le département. Cela nous fend le cœur, car c'est une espèce protégée qui connaît une baisse de sa population. »

Si vous recueillez un oiseau, l'association conseille de le mettre au chaud, dans un petit carton avec quelques trous d'aération. Il faut aussi placer une bouillotte recouverte d'un linge puis d'un papier journal. Selon la taille du carton, plusieurs oiseaux peuvent être hébergés afin qu'ils se réchauffent entre eux. Et, surtout, mieux vaut le fermer pour éviter qu'ils ne s'envolent une fois remis.