A Tours, un jardin en mémoire de l’éléphant Fritz, valeureux martyr de la cause animale

Tours a renommé un jardin public en hommage à un éléphant de cirque mort lors d’un défilé en 1902.

 Tours (Indre-et-Loire), dimanche. Le maire écologiste, Emmanuel Denis, a inauguré la plaque du parc qui porte désormais le nom de l’éléphant Fritz en présence d’Isy Ochoa qui a révélé la triste histoire du pachyderme.
Tours (Indre-et-Loire), dimanche. Le maire écologiste, Emmanuel Denis, a inauguré la plaque du parc qui porte désormais le nom de l’éléphant Fritz en présence d’Isy Ochoa qui a révélé la triste histoire du pachyderme. LP/Stéphane Frachet

La foule est nombreuse au passage du convoi des éléphants du Cirque Barnum, qui vient d'achever à Tours (Indre-et-Loire) deux jours de spectacles. Agé de 32 ans, Fritz, un géant de 2,90 m au garrot et pesant 7 t, est épuisé par ce énième trajet. Après Bordeaux quelques jours avant, la troupe américaine, qui est en tournée européenne, rejoint la gare où le train l'emmènera vers Saumur. Soudain, un mouvement d'agacement engendre la panique parmi les Tourangeaux massés sur les trottoirs. Cohue, cris, les animaux s'énervent. Les « keepers » qui cornaquent Fritz sont obligés de l'entraver. Le pachyderme s'affaisse dans un square. Il est 21 h 30. Le licol — la corde qui le maintient serré — finit par l'étrangler. A minuit et demi, Fritz succombe.

Ce funeste épisode survenu le 11 juin 1902 a désormais son lieu de mémoire. La place Nicolas-Frumeaud à Tours, où l'éléphant est mort étouffé, a officiellement son jardin de l'Eléphant-Fritz. « Nous voulions marquer notre opposition à l'exploitation animale », dit Eléonore Aubry, conseillère municipale (LFI) déléguée à la condition animale.

En présence de militants animalistes et d'habitants, le maire écologiste de Tours, Emmanuel Denis, a dévoilé la plaque ce dimanche. Après les annonces de la ministre Barbara Pompili la semaine dernière sur la fin des animaux sauvages dans les cirques, « c'est une période exceptionnelle pour notre combat politique », dit Alexandra Morette, présidente de Code Animal. Offerte à la ville par le Cirque Barnum, la dépouille de Fritz a été naturalisée à Nantes, puis est revenue à Tours en mai 1903 par bateau. Elle est aujourd'hui exposée derrière une paroi de verre dans le jardin du musée des Beaux-Arts.