Prime logement de 1000 euros : les jeunes du service civique peuvent-ils bénéficier de l’aide ?

Le coup de pouce de 1000 euros lancé le 18 février par Action Logement pour les jeunes actifs locataires est destiné aux salariés des entreprises privées, ce qui exclut, par exemple, ceux accomplissant leur service civique dans le public.

 L’aide au logement de 1000 euros pour les jeunes actifs, lancée le 18 février par Action Logement, est réservée aux salariés du privé.
L’aide au logement de 1000 euros pour les jeunes actifs, lancée le 18 février par Action Logement, est réservée aux salariés du privé. LP

« J'ai 20 ans, je fais mon service civique dans une école de Charente-Maritime depuis novembre. Je perçois une indemnité mensuelle de 580 euros. Je loue un appartement. Je pensais pouvoir bénéficier de l'aide au logement de 1000 euros pour les jeunes actifs lancée le 18 février. Mais ma demande a été refusée. Mon employeur ne figure pas sur la liste des entreprises dont les salariés sont éligibles. Pour quelles raisons ? » nous demande Marine.

« Le service civique n'est pas un contrat de travail avec une entreprise. Il permet de s'engager dans une mission d'intérêt général pour une association, un établissement public ou une collectivité. Ces deux derniers ne sont pas des employeurs privés. Or les aides d'Action Logement sont fléchées vers les salariés des entreprises privées », nous a répondu un porte-parole d'Action Logement.

Conséquences, tous les jeunes qui travaillent pour le secteur public, comme les écoles ou les hôpitaux, sont exclus du nouveau dispositif d'aide de 1000 euros. Une différence de traitement qui n'a rien d'étonnant. Pour rappel, Action logement gère ce qui est communément appelé le 1 % patronal. Ce dispositif d'aide au logement lancé en 1943 tire son nom de la contribution de 1 % de la masse salariale que devait verser annuellement chaque entreprise privée. Depuis, le dispositif a évolué. Seules les entreprises de plus de 50 salariés y sont assujetties et la contribution représente désormais 0,45 % de la masse salariale. Cet argent, collecté sur le secteur privé, permet d'aider les salariés du privé à se loger via la construction de logements ou d'aides à l'acquisition, à la location où même à la rénovation.

Voilà qui explique pourquoi les jeunes du secteur public sont exclus de cette prime de 1000 euros. A noter aussi que pour en bénéficier, vous devez être âgé de moins de 25 ans (les alternants et apprentis ne sont pas soumis à cette limite d'âge), disposer d'un contrat de travail signé depuis moins de 18 mois, percevoir entre 0,3 et 1,1 smic − soit entre 369 euros net et 1353 euros net − et disposer d'un bail à votre nom. Enfin, dernier bémol, le dispositif est financé par une enveloppe de 30 millions d'euros. De quoi aider 30 000 jeunes, pas plus. Et depuis son lancement, l'engouement est extrêmement important. De là à augmenter l'enveloppe ?