Placements financiers : soyez responsable, épargnez vert !

Encore méconnue, la finance verte se révèle être un investissement durable… et rentable.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Il existe deux labels pour certifier les placements verts : l’ISR créé par le ministère des Finances et le Greenfin, fondé après la COP 21.
Il existe deux labels pour certifier les placements verts : l’ISR créé par le ministère des Finances et le Greenfin, fondé après la COP 21. Istock

L'écologie s'immisce dans tous nos gestes au quotidien. Les Français modifient leurs modes de consommation et d'alimentation. Et vous changiez aussi votre manière d'épargner? En plein essor, la « finance verte » reste encore trop méconnue. « Cela ne représente que 5 % de l'épargne des Français aujourd'hui, c'est très peu », regrette Joseph Choueiphaty, PDG de Goodvest, start-up spécialisée dans l'épargne « 100 % responsable ».

Deux labels pour certifier les placements

Un score qui s'explique par le fait que le milieu reste, pour un néophyte, austère et complexe. « Si on n'est pas connaisseur, il est préférable de faire appel à un conseiller financier ou se tourner vers sa banque », confirme Joseph Choueiphaty. Pour s'y retrouver, il existe deux labels et certifications. L'ISR (investissement socialement responsable), créé par le ministère des Finances, labellise les fonds qui financent des entreprises contribuant à la transition écologique. Le Greenfin, fondé après la COP 21, garantit la transparence et l'engagement environnemental des produits financiers.

En souscrivant à un PEA ou un compte titres, vous pouvez investir directement dans ces « fonds verts » en Bourse, ou bien vous appuyer sur des méthodes d'épargne plus classiques et sûres. Depuis la Loi Pacte, le plan épargne retraite (PER) et les contrats d'assurance vie doivent obligatoirement intégrer au moins un fonds labellisé. « Mais ce n'est qu'un sur 300 ou 400 fonds, souffle Joseph Choueiphaty. Il manque de la transparence pour savoir où est véritablement placé son argent. En moyenne, l'épargne d'un Français pollue à hauteur de 11 t de CO2 par an, du fait des placements réalisés par les banques. »

De 2,5 % à 10 % de rentabilité

Les amateurs peuvent également acheter des « Green Bonds ». Ce sont des « obligations vertes », émises par des entreprises ou entités publiques (collectivité, agence internationale…) pour financer des projets contribuant à la transition écologique. « Vous pouvez, aussi, investir dans des sociétés innovantes travaillant dans des secteurs porteurs, comme les énergies renouvelables ou les mobilités douces, argue le PDG de Goodvest. Un placement 100% vert est d'autant plus intéressant que sur ces dernières années l'investissement responsable a tendance à rapporter plus et à réduire le risque.»

Mieux, vous pouvez en gagner rapidement. Selon le spécialiste, la rentabilité oscille entre 2,5 et 10 % par an, en fonction des risques pris par le particulier.