Crédit d’impôt : parrainez un panda… et défiscalisez !

Les offres de parrainages d’animaux dans les zoos ont de plus en plus de succès. Ludiques pour les enfants, elles permettent aussi de défiscaliser 66% de la somme investie.

 En 2019, le zoo de Beauval a récolté près de 200 000 euros grâce aux parrainages.
En 2019, le zoo de Beauval a récolté près de 200 000 euros grâce aux parrainages.  Zoo parc de Beauval

La naissance et les premiers jours de Yuan Meng, en 2017, ont fait le tour du monde. Depuis, les nombreux visiteurs qui se pressent chaque jour au zoo de Beauval (Loir-et-Cher) passent inévitablement découvrir le panda géant et ses parents. Certains choisissent même de parrainer l'ursidé blanc et noir. « Yuan Meng est l'animal le plus parrainé du zoo, avant Inès, notre panda roux et Audrey, la panthère des neiges, liste Delphine Delord, la codirectrice du parc. Ces animaux stars nous aident à créer un lien affectif avec le public et à motiver leur engagement à travers un parrainage. »

Lancé en 2009 par Beauval, le système de parrainage des animaux connaît un réel succès année après année. Près de 200 000 euros ont été récoltés en 2019. Et en 2020, malgré la fermeture du zoo pendant le confinement et la baisse des parrainages en avril et mai, la hausse est déjà de 16 %. Idem au zoo de Vincennes (Val-de-Marne), où le nombre de parrains ne cesse d'augmenter depuis 2014 et la réouverture du site.

VIDÉO. Beauval : le bébé panda s'appelle Yuan Meng

La raison de ce succès ? Cadeau ludique et pédagogique pour les enfants mais aussi financement de missions de protection pour les animaux en danger, le parrainage est défiscalisable à hauteur de 66 %. On vous explique tout.

Combien ça coûte ?

Les principaux zoos français proposent des formules de parrainage allant de 20 euros à 1 000 euros en moyenne. « En 2019, le don moyen était de 80 euros, explique Pierre-Yves Bureau, le directeur du zoo de Paris qui propose 26 espèces animales à parrainer. En 2020, un tiers des dons effectués pour l'instant sont de 20 euros et correspondent à la formule coup de pouce, la plus abordable ».

A Beauval, 1 500 parrains ont déjà opté pour la formule « sauveur » à 20 euros, la plus populaire également. « Pour nous, c'est une manière d'impliquer les enfants qui le souhaitent ou bien des gens qui n'ont pas forcément les moyens, estime Delphine Delord. Après, en montant, c'est l'offre « protecteur » à 150 euros qui rapporte le plus. »

En quoi cela consiste-t-il ?

Evidemment, ces parrainages proposent des contreparties alléchantes pour découvrir l'animal choisi. Pour 20 euros, les zoos envoient la plupart du temps quelques goodies, un fond d'écran, des informations sur l'animal choisi et, évidemment, l'assurance d'avoir son nom inscrit sur le tableau d'honneur des parrains, sur le site Internet, voire à l'entrée du zoo. A Beauval, une entrée enfant est incluse dès 50 euros, un passe adulte dès 80 euros, puis deux entrées adultes et un enfant pour 150 euros…

Des packages à 350 euros et 1 000 euros proposent quant à eux (en plus des goodies et entrées gratuites) un « moment privilège » ou une « expérience privilège ». « Il s'agit d'un accès aux coulisses d'une ou plusieurs parties du zoo, explique Pierre-Yves Bureau. Cela peut inclure l'espace de l'animal parrainé, mais aussi la participation au nourrissage de certains animaux… »

A quoi sert l'argent investi ?

Les dizaines, voire centaines, d'euros versés ne seront pas investies pour nourrir ou apporter des soins à votre animal chouchou. « Les parrainages nous permettent de financer des missions de soutien à des animaux en voie de disparition, qui suscitent moins l'intérêt du grand public mais qui sont tout aussi importantes, précise Delphine Delord. Chaque année, nous choisissons en comité d'administration 50 programmes internationaux, que nous suivons en général sur plusieurs années, grâce à un budget d'1,2 million d'euros provenant de notre chiffre d'affaires, de mécènes et des parrainages. »

Au zoo de Paris, les recettes sont allouées à une action précise : achat d'un aquarium avec des espèces endémiques de Madagascar en 2019 ou soutien à une mission d'inventaire de la faune et de la flore en danger d'extinction à Madagascar en 2020 et 2021.

Comment défiscaliser ?

Après l'inscription en ligne, vous recevrez un reçu fiscal établit au nom de la personne qui a fait le don. Il s'agit d'un crédit d'impôt de 66 % de la valeur du parrainage. Vous avez investi 20 euros ? Vous ne payerez, après avoir bénéficié du crédit d'impôt, que 6,80 euros. Le coût final sera ainsi de 17 euros pour un parrainage à 50 euros et de 51 euros pour un parrainage à 150 euros. Attention toutefois : le parc doit être reconnu d'utilité publique pour vous faire bénéficier d'un vrai coup de pouce fiscal. Les activités de « soigneur d'un jour » ou certains parrainages occasionnels proposés dans de nombreux zoos ou parcs animaux de taille moyenne ne sont pas toujours défiscalisables. Les zoos qui proposent des offres avec réduction d'impôt à la clé le précisent très clairement sur leur site Internet.

«Après impôt, le parrainage d'une panthère des neiges m'a coûté 51 euros»

Sophie a offert une formule à sa filleule

/Zoo de Beauval
/Zoo de Beauval  

Trouver un cadeau d'anniversaire original pour les dix ans d'une petite fille passionnée par les animaux. L'an dernier, Sophie a cherché une idée pendant plusieurs heures sur Internet avant de tomber, un peu par hasard, sur la page du zoo de Beauval (Loir-et-Cher) qui proposait des parrainages d'animaux vedettes. « J'ai tout de suite regardé s'il y avait d'autres zoos qui proposaient ce type de formules, peut-être un peu plus proches du domicile de ma filleule, qui vit en Haute-Savoie, précise la jeune femme de 26 ans. Mais finalement je suis restée sur Beauval car les offres proposaient des contreparties plutôt ludiques. »

Après avoir fait un rapide calcul, Sophie décide d'offrir une formule à 150 euros à sa filleule, Clémence. « Après impôt, cela me revenait à 51 euros, précise-t-elle. On était davantage dans le budget que j'avais prévu pour son cadeau. J'ai dû avancer l'argent avant de bénéficier du crédit d'impôt mais ça vraiment valait le coup. » Le cadeau a fait mouche auprès de la fillette. « Elle a mis trois jours à choisir son animal, c'était très important pour elle, on a passé des heures sur le site à regarder tous les animaux possibles, se souvient Sophie. Finalement, ravie, elle a opté pour Audrey, la panthère des neiges ! »

Quelques semaines après, Clémence a reçu quelques produits dérivés de la part du zoo : un t-shirt, des posters, des photos et des informations générales sur la panthère des neiges. « Elle en a reçu d'autres une ou deux fois dans l'année, précise Sophie. Ça permet de créer un lien, de faire un peu de pédagogie aussi… Mais ce qui lui a également beaucoup plu, c'était d'avoir son nom sur le site Internet parmi les autres parrains. Elle était fière. »

La cerise sur le gâteau ? Les deux places « adultes » et la place « enfant » offertes dans le package. « C'est ça qui m'a vraiment décidée à mettre un peu plus cher », poursuit Sophie. L'opération est en effet très vite rentabilisée car les billets d'entrée du zoo valent 32 euros par adulte et 25 euros par enfant, hors parrainage. Avec un coût final à 51 euros pour le parrainage de la panthère des neiges, la facture est, après impôt, moins salée. « Et puis aller au zoo de Beauval en famille, c'était une belle sortie, conclut Sophie. Cela lui permettait aussi d'aller voir Audrey, sa panthère. Elle était très contente. Et moi, j'ai trouvé que c'était un cadeau original et ludique. »