AbonnésÉconomie

Tempête Alex : dans le secteur de Tende, pas de liaison terrestre avant deux mois au moins

Route effondrée, voies ferrées recouvertes de roches, tous les accès terrestres vers cette commune des Alpes-Maritimes et ses environs sont coupés. C’est d’abord par le rail, dans au moins deux mois, que les 4000 habitants du secteur seront de nouveau reliés au reste du monde.

 Un hélicoptère de la gendarmerie survole Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), le 5 octobre. Plus haut dans la vallée de la Roya, Tende est isolée.
Un hélicoptère de la gendarmerie survole Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes), le 5 octobre. Plus haut dans la vallée de la Roya, Tende est isolée. AFP/Valery Hache

La tempête Alex n'a rien épargné. Ni les routes ni les voies ferrées. Trois jours après les pluies diluviennes qui ont ravagé l'arrière-pays niçois, le constat est sévère : les 4000 habitants qui se répartissent entre la commune de Tende dans les Alpes-Maritimes − 2000 résidents − et les autres petits villages alentour ne seront pas reliés au reste du territoire par voie terrestre avant plusieurs mois.

« Les 30 km de routes vers Tende sont hors service, les dégâts sont considérables, s'alarme Philippe Tabarot, vice-président aux Transports de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et nouveau sénateur LR. Le tunnel routier de Tende qui relie la France à l'Italie a été très impacté des deux côtés. Il faudra des mois et des mois de travaux pour tout remettre en état ».

Tempête Alex : dans le secteur de Tende, pas de liaison terrestre avant deux mois au moins

Le salut des 4000 habitants viendra donc d'abord du rail. Accrochées à la montagne, les 27 km de voies ferrées qui relient Breil-sur-Roya à Tende ont souffert, mais pas autant que la route. « Nous pensons qu'il y en a pour deux mois de travaux, mais ça reste une estimation, tempère Jean-Aimé Mougenot, directeur régional TER. Il y a quatre points importants de blocages, avec des affaissements ou des glissements de terrains sur 150 m à 300 m, mais aussi des éboulements de roches. Par endroits, les ruisseaux ont débordé sur les voies et de l'eau a coulé dans les tunnels, il y a donc de la boue. »

Près de 200 millions d'euros de travaux

Le « train des Merveilles » comme il est surnommé, puisqu'il dessert la vallée du même nom, connue mondialement pour ses dizaines de milliers de gravures rupestres protohistoriques, a été malmené mais il a tenu. Jusqu'à vendredi, et l'arrivée de la tempête Alex, la ligne voyait circuler 14 trains par jour assurés par la SNCF et TrenItalia. « C'est une voie ferrée emblématique puisque c'est celle qui compte la plus grande densité d'ouvrages d'art, détaille Jean-Aimé Mougenot. Il faudra vérifier chacun d'eux. Et notamment les piles de pont. Peut-être qu'il faudra en renforcer certaines ».

Dès samedi, la SNCF avait dépêché dans la vallée deux techniciens qui, avec un hélicoptère de la gendarmerie, ont pu survoler cette ligne ferroviaire inaugurée il y a presque un siècle, le 30 octobre 1928. Un premier repérage en partie rassurant. « Puisque la route est hors d'état, nous savons qu'il y a une forte attente pour que le train reparte très vite, reconnaît Jean-Aimé Mougenot. Les travaux ont commencé. Une course contre la montre s'est engagée ».

Combien vont coûter ces travaux a réalisé dans un environnement difficile, à flanc de montagnes ? « Plusieurs millions d'euros », estime la SNCF, sans plus de précisions. Le cabinet d'expertise des sinistres Saretec évalue, lui, le montant des dommages à 315 millions d'euros, dont 185 millions d'euros pour les infrastructures routières et les ponts.

Deux rotations d'hélicoptères prévues par jour

Sur le plan des infrastructures, la seule bonne nouvelle est venue de la ligne ferroviaire entre Nice et Breil. Dès samedi, le trafic a repris progressivement. Un premier train de secours, avec à son bord 3000 bouteilles d'eau, a pris la direction de la vallée de la Roya pour approvisionner les habitants en eau potable. Jusqu'à nouvel ordre, la circulation sur cette portion de ligne est gratuite. « Entre Breil et Tende, on espère désenclaver, dans un premier temps, le secteur de Fontan, où il y a une gare, confie Philippe Tabarot. Cela permettra de toucher trois villages ».

VIDÉO. Tempête Alex : « À quelques centimètres près, je tombais avec la route »

En outre, à partir de ce mardi 6 octobre, la région Sud lance une liaison aérienne entre Nice, Breil et Tende. « Deux hélicoptères de six à huit places effectueront deux rotations par jour, détaille le conseiller régional. Une le matin et une le soir. Elle sera réservée aux personnes qui auront vraiment besoin de se déplacer. Notamment pour un rendez-vous médical. »