Taxe sur l’essence : «C’est le pire moment pour proposer une augmentation»

Bruno Duvergé, député (MoDem) du Pas-de-Calais, est opposé à l’augmentation de la taxe sur l’essence sans plomb E95E10 prévue dans le projet de loi de finances 2021.

 Bruno Duvergé, député MoDem du Pas-de-Calais, est chargé de la Transition énergétique au sein de son groupe.
Bruno Duvergé, député MoDem du Pas-de-Calais, est chargé de la Transition énergétique au sein de son groupe. IP3 PRESS/MAXPPP/Vincent Isore

Alors que le projet de loi de finance 2021, examiné à partir de ce lundi à l'Assemblée nationale, prévoit d'augmenter une taxe sur l'essence E95E10, le sans-plomb contenant 10 % de bioéthanol, le député du Pas-de-Calais Bruno Duvergé, en charge de la Transition énergétique au sein du groupe MoDem, trouve que c'est « une très mauvaise idée ».

Vous êtes opposé à l'augmentation des taxes sur le SP95E10 ?

BRUNO DUVERGÉ. Je suis effectivement contre. Je suis loin d'être le seul, d'ailleurs. Tout le groupe MoDem de l'Assemblée nationale, dont je fais partie, est contre, lui aussi. Ainsi que d'autres députés. C'est une très mauvaise idée. Mais c'est également le pire moment pour la proposer. Alors que notre économie, et le pouvoir d'achat de tous les citoyens, a été très durement éprouvée par la pandémie, et la crise qui s'ensuit, quelle serait la logique à mettre en place une hausse des taxes, a fortiori sur le carburant ? C'est une ressource essentielle pour une majorité de Français.

Pourtant, le gouvernement estime que c'est une mesure allant dans le sens de la transition énergétique…

C'est un non-sens. En renchérissant le prix du litre de SP95E10, on augmente de facto l'écart avec celui du diesel, et donc la compétitivité que cette aide fiscale lui donnait depuis plus de cinq ans, et qui motive des automobilistes à basculer d'un véhicule roulant au gazole, à un nouveau modèle à essence. C'est tout le contraire qu'il faudrait faire. Le diesel a un défaut et une qualité. Il émet plus de particules fines que l'essence, en revanche il consomme jusqu'à 20 % de moins. L'essence SP95E10, qui émet moins de gaz à effet de serre, permet ainsi de compenser les défauts de l'essence. Et de s'afficher ainsi définitivement comme le carburant le plus intéressant écologiquement. Ou en tout cas comme le moins polluant.

Que préconisez-vous, alors ?

Que le gouvernement reste fidèle à sa promesse de ne pas toucher aux taxes, a fortiori celles liées aux carburants. Nous avons déjà porté un amendement en Commission des finances, mais il a été refusé. Qu'à cela ne tienne, nous recommencerons lors d'une prochaine séance. Bien sûr qu'avec un centime d'augmentation sur un litre de carburant lissé sur deux ans, on est dans le symbolique. Sauf que, dans une période difficile comme celle que nous vivons actuellement, il vaut mieux ne pas trop jouer avec les symboles.